VIDÉO - Son revendeur avait refusé ses courgettes tâchées : le maraîcher bio aidé par les internautes

VIDÉO - Son revendeur avait refusé ses courgettes tâchées : le maraîcher bio aidé par les internautes

BIO ET BEAU - Un producteur du Tarn-et-Garonne a eu la mauvaise surprise de voir ses courgettes refusées par son acheteur à cause de leur apparence. Grâce aux réseaux sociaux, un formidable élan de solidarité s’est créé pour racheter les légumes et éviter le gaspillage.

Son cri du cœur a été entendu. Cyril Roux, producteur du Tarn-et-Garonne a poussé un coup de gueule sur Facebook le 9 juillet dernier. Le nerf de la guerre ? Ses courgettes jaunes issues de l'agriculture biologique sont parfois tâchées de vert et donc pas assez jolies selon son grossiste qui impose un calibrage très précis.

Ainsi, c'est près de dix tonnes de courgettes comestibles qui risquent de partir directement à la poubelle. Mais ça c'était avant. Avant que cet homme ne manifeste son exaspération sur le réseau social.

J’ai commencé à voir qu’il y avait 100.000 vues en 2 heures, j’ai cru à une erreur- Cyril Roux, maraîcher

"Tous les jours, nous passons des heures à ramasser des courgettes jaunes longues et rondes pour les livrer à un revendeur bio. Ceci est une partie de la récolte des courgettes de la semaine. Ces courgettes n'ont pas été validées au casting et pourquoi ? Parce que les consommateurs veulent des courgettes toutes jaunes, pas une petite tâche de couleur verte, pas le moindre petit défaut", avait pesté Cyril Roux toujours sur Facebook.

Un cri de colère qui fait le buzz. "J'ai commencé à voir qu'il y avait 100.000 vues en 2 heures, j'ai cru à une erreur", s'étonne le maraîcher au micro de TF1 dont le post cumule aujourd'hui 2 millions de visionnages. 

Lire aussi

Une vague de solidarité pour éviter le gaspillage

En signe de solidarité, de nombreux restaurateurs et de particuliers ont décidé d’aller acheter des courgettes au maraîcher. Pour rebondir, Cyril Roux et son épouse ont décidé de privilégier aussi, "la vente directe", et ce "une fois par semaine", assurent-ils toujours à TF1.  De quoi sauver ces victimes au délit de faciès. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Femme décapitée à Agde : un homme de 51 ans interpellé et placé en garde à vue

À cause de l'épidémie de Covid, les cas de tuberculose explosent

VIDÉO - Fourgonnette "garée" sur un Abribus en Bretagne : voici la clé du mystère

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle baisse du nombre de patients hospitalisés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.