Téléphone au volant : en Moselle, les conducteurs pris sur le fait risqueront gros cet été

Téléphone au volant : en Moselle, les conducteurs pris sur le fait risqueront gros cet été

SÉCURITÉ ROUTIÈRE - Si les gendarmes de Moselle surprennent des automobilistes en train de téléphoner au volant cet été, ils pourront leur suspendre leur permis.

Alors que cette infraction n'entraînait jusqu'ici qu'un retrait de 3 points et une amende de 135 euros, elle aura bientôt pour conséquence la suspension du permis de conduire pendant six mois. Une mesure potentiellement allongée si des excès de vitesse ou une conduite en état d'ivresse sont également constatés. Afin de lutter contre l'usage du téléphone au volant, y compris par Bluetooth ou avec des oreillettes, la Moselle s'apprête en effet à renforcer les contrôles et les sanctions. "À partir de cet été, si je vois le cumul de deux infractions, usage du téléphone et emprunt de la voie centrale avec non-respect des distances de sécurité par exemple, le permis de conduire, je le garde", explique un policier à un contrevenant dans le reportage de TF1 en tête d'article. 

L'automobiliste, pris sur le fait, admet sa faute. "Je roulais au milieu et j'ai pris une photo avec le téléphone", tente-t-il de se justifier. "C'est dangereux, ils ont raison. Si on me retire le permis, je serais vraiment embêté. Donc, je ne toucherai plus à mon téléphone." 

Toute l'info sur

LE WE 13h

Une accidentalité forte dans le département

D'autres automobilistes se montrent moins compréhensifs. "Je trouve que c'est quand même sévère", peste une conductrice. "Il y a des gens qui travaillent, ils ont besoin de leur permis." 

D'après une récente étude publiée par la Fondation Vinci Autoroutes, ceux qui s'affranchissent le plus de l'interdiction de téléphoner au volant se trouvent en Ile-de-France. Mais, Parvine Lacombe, directrice de cabinet du préfet de la Moselle, explique qu'il y a "une accidentalité relativement importante" sur ses routes "Nous sommes un département avec beaucoup de voies départementales secondaires. On a des autoroutes très empruntées." Le département s'est donc appuyé sur la loi d'orientation des mobilités de 2019 pour mettre en place cette mesure.  

Lire aussi

À l'échelle du pays, près d'un Français sur deux avoue utiliser son mobile sur la route (49%), selon le dernier baromètre de la Fondation MAIF et IFSTTAR publié en 2020, en dépit du risque d'accident multiplié par trois. L'interdiction a pourtant été officiellement promulguée en 2003, accompagnée de fortes campagnes de sensibilisation.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés repasse au-dessus de la barre des 7000

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

EN DIRECT - Covid-19 en France : le nombre de contaminations près de 50% plus haut que mardi dernier

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.