VIDÉO - Trump mime les terroristes du Bataclan : "J'aurais aimé entendre Macron là-dessus", regrette un rescapé

RANCOEUR - Lors d'un discours devant la NRA, puissant lobby pro-armes, Donald Trump a instrumentalisé les attentats du 13-Novembre pour justifier sa politique sur les armes à feu. Ces propos (et gestes) ne passent pas chez les victimes du Bataclan. Sur LCI, Bruno Poncet a lui regretté le silence d'Emmanuel Macron sur ce sujet.

Cette fois-ci, Donald Trump est allé trop loin. Vendredi 4 mai, lors d'une prise de parole à la convention de la NRA, le puis­sant lobby pro-armes à feu aux États-Unis, le président améri­cain a de nouveau exposé sa théorie selon laquelle les attentats survenus le 13 novembre 2015 auraient fait moins de morts si les victimes avaient été armées. Pendant son intervention, il a même mimé l'attaque du Bataclan ("Boom ! Viens par-ici. Boom ! Viens par-là"). Cette séquence a suscité une vague d'indignations en France, le Quai d'Orsay faisant part de sa "ferme désapprobation" et appelant "au respect de la mémoire des victimes".


Rescapé de l'attaque du Bataclan, Bruno Poncet a fait part de son émotion après cette nouvelle sortie de Trump. "Quand je vois cette gestuelle, ça me rappelle ce que j'ai vécu. J'ai attendu pendant une heure et demie qu'on vienne me tuer. À un moment donné, ils (les terroristes, ndlr) étaient à 4 ou 5 mètres de moi. Ils étaient en train de faire les allées pour finir le travail", a témoigné sur LCI le secrétaire fédéral du syndicat Sud-Rail. Ce geste-là (Trump mimant les terroristes, ndlr), je le connais, je l'ai entendu. On a été 1400 à avoir de la chance ce jour-là qu'un commissaire de la Bac entre et tire sur celui qui était sur la scène, déclenchant derrière un enrayage de ce qui était en train de se passer. Je lui dois la vie, on lui doit la vie." 

Le silence de Macron, un regret pour les victimes

Le 13 novembre 2015, 130 personnes sont mortes et plusieurs centaines ont été blessées dans des attentats à Paris et Saint-Denis, revendiqués Daech. Un des commandos avait abattu 90 personnes dans la salle de concert. Pour Bruno Poncet, ce nouveau dérapage de Donald Trump devant la NRA n'est pas un acte anodin. Il s'agit d'un acte parfaitement contrôlé de la part du président américain. "Ça fait quelque temps en France qu'on se trompe sur lui. Il est plus malin qu'on le croit. Il est en train de parler à son financier, la NRA. Il est en train de faire du lobbying", a-t-il indiqué. "Ce que je trouve dommage, c'est qu'on a un président de la République qui lui faisait des bisous la semaine dernière, là, j'aurais bien aimé l'entendre là-dessus." Plusieurs personnalités politiques ont d'ailleurs demandé à Macron de réagir et de "demander des excuses" à son homologue.

En vidéo

Propos de Trump : la colère des rescapés du Bataclan

Selon lui, contrairement à ce qu'avance le président américain dans son discours, les armes à feu ne sont pas la solution au problème. "Je rappelle juste que devant le Bataclan il y avait une brigade Vigipirate. Ils ne sont pas entrés parce qu'ils n'ont pas eu l'ordre. C'est peut-être tant mieux, parce que si vous rentrez avec des armes là-dedans, vous ne savez pas sur qui vous tirez. Les terroristes n'ont pas de tenue spéciale. Je les ai vus à côté de moi, ils étaient en survêtement. C'est quand je les ai vus lever leur arme que j'ai compris qui ils étaient", a-t-il ajouté. "Ce Trump-là fait du marketing pour lui. Il va chercher de l'argent à la NRA. Mais il ne se rend pas compte que les armes ne sont pas la solution. C'est s'il n'y avait pas d'armes du tout qu'on aurait la solution, si on éduquait les enfants pour éviter qu'un Français [...] ait envie d'aller tirer dans une foule innocente." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les attentats du 13 novembre, deux ans après

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter