VIDÉO - Oubliez "Goldorak", les enfants 2.0 préfèrent les oeufs Kinder Surprise déballés sur YouTube

Société
DirectLCI
ENQUÊTE - Les enfants de l'ère 2.0 ne partagent pas les mêmes fascinations que ceux des années 80 et 90. Foin du "Club Dorothée" : aujourd'hui, ils regardent "Peppa Pig" sur YouTube Kids et salivent à l'idée d'assister au grand déballage d’œufs Kinder Surprise. Un phénomène ciblant petits et tout-petits qui dépasse totalement les adultes mais qui s'explique facilement.

Il est loin le temps où vous attendiez désespérément l'heure fatidique pour voir vos dessins animés préférés et où, pour ce faire, vous deviez subir tous les programmes avant Récré A2. Les professionnels de l'ennui fangeux se souviennent même, non sans émotion, de l'impitoyable série Tribunal sur TF1 dont la diffusion précédait généralement le Club Dorothée

Aujourd'hui, tout se vit maintenant, instantanément, immédiatement et les désirs font désordre : les enfants, ces rebelles, ne veulent plus attendre sagement telle ou telle heure pour visionner Peppa Pig ou L'âne Trotro. Pire, ils ne se contentent plus de visionner le même épisode ou le même dessin animé en boucle, comme naguère sur nos bonnes vieilles VHS aux bandes usées. Ainsi, comment faire pour répondre à l'attente insoutenable de nos enfants ? Ne cherchez pas, ils ont trouvé tout seuls.

Si sur "YouTube Kids" les épisodes de La Pat'patrouille et T'choupi connaissent toujours un large succès, un autre phénomène prend de l'ampleur...

L'unboxing, une mode qui fait florès

Regardez la vidéo ci-dessous...

Des oeufs surprise sont déballés les uns après les autres... A priori rien d'incroyable. Pourtant, cette vidéo a été visionnée pas moins de 852.242.918 fois en quatre ans. Et elle n'est pas la seule ! Chacun peut le constater sur le moteur de recherche... "Oeufs surprises Peppa pig", "Adventure Time", "Disney Princesse -Unboxing eggs & toys", "Kinder Surprise Géant Play Doh plein de surprises"... Autant de titres (et de marques savamment citées), répondant à des exigences de référencement.


Cette mouvance, en apparence déconcertante, a bel et bien un petit nom : l'unboxing ("le déballage" en français). Et c'est garanti 100% mignoncité. La mode de l'unboxing eggs est née aux Etats-Unis. Chez l'Oncle Sam, cette envie de déballer des œufs Kinder Surprise est d'autant plus exotique qu'ils y sont proscrits. 


Depuis 1938, une loi interdit en effet de "placer tout produit non comestible dans des produits qui sont eux-mêmes comestibles". Ainsi, déballer un œuf Kinder tient presque de l’interdit pour les enfants américains ; ce qui explique une bonne part de la fascination que ce phénomène provoque. Sauf que le "déballage d'oeufs" ne séduit pas seulement outre-Atlantique. On trouve des vidéos du genre partout ailleurs, en Russie comme en Europe, et donc en France... 

Ce que l’on cherche, c’est le plaisir, l’extraordinaire excitation de la nature de cet objet. Déballer des œufs Kinder Surprise, c’est le principe du cadeau de Noël sous le sapin.Nicolas Georgieff, psychiatre

Que l'unboxing séduise au-delà des Etats-Unis est tout à fait compréhensible. Selon Nicolas Georgieff, professeur de psychiatrie à l'université Lyon 1, "voir, c'est faire". "Il y a un phénomène que l’on peut appeler 'identification', 'mimétisme' : lorsqu’on est spectateur d’une action, on en est aussi acteur. C'est encore plus puissant chez les enfants que chez les adultes. Le jouet en soi ne vaut rien parce qu’on s’en détourne très vite. Ce que l’on cherche, c’est le plaisir, l’extraordinaire excitation de la nature de cet objet. C’est le principe du cadeau de Noël sous le sapin : il faut que le cadeau soit emballé." 


Et l'enjeu a beau être redondant (ouvrir les oeufs pour voir les surprises qu'ils contiennent), il répond à la fascination des petits et des tout-petits pour la répétition. 

Faut-il s'inquiéter de cette invasion d’œufs sur la tablette de votre enfant ?

"Ce que nous renseigne ce succès, en substance, poursuit Nicolas Georgieff, c’est que le numérique a introduit un changement de valeur : la simple représentation d’une scène vaut plus que la réalité de la scène. Le numérique permet de répéter la scène sans fin, on peut déballer 50, 100, 1000 œufs à l'envi et pour l'enfant, cette profusion, assure que le virtuel est plus puissant que le réel aujourd’hui, parce qu’il apporte plus de satisfaction, plus de diversité, pas de dimension économique. En d’autres termes, l'enfant peut avoir des Kinder Surprise gratuitement, quand il veut, où il veut, comme il veut."

Ok mais faut-il s'en inquiéter pour autant ? "Non, assure Nicolas Georgieff. Les parents d'aujourd'hui ont tendance à faire le lien avec leur propre enfance et s'inquiètent de voir leurs enfants scotchés à leur tablette, sous prétexte qu'ils doivent eux aussi connaître la frustration, l’ennui, l'attente. Mais il faut aussi se méfier des discours normatifs. En vrai, on ne sait toujours rien de ce qui est bon pour l'enfant et par le passé, on n’avait pas d'autre choix que de tenir ce discours-là. On peut juste dire qu’il y a une surconsommation du numérique : plus les parents ont accès au numérique, plus ils le valorisent y compris envers leurs enfants, en lui attribuant  une valeur pédagogique." 


Et les oeufs dans tout ça ? "Moi je trouve ça plutôt charmant, avoue Nicolas Georgieff. D'autant que, psychologiquement, c'est bien senti. Les principes restent les mêmes et les enfants sont mimétiques, ils aiment la surprise. La manière dont ils peuvent satisfaire cette tendance a juste changé."


Bref, vous pouvez désormais librement parler à vos amis de la nouvelle passion de votre enfant pour les œufs Kinder Surprise déballés sur des vidéos YouTube, tout est normal.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter