Une île bloquée : les Guadeloupéens agacés

Une île bloquée : les Guadeloupéens agacés

Est-il acceptable de brûler des voitures pour se faire entendre ? Est-il entendable de mettre en danger les patients en bloquant l’accès à certains services médicaux ? Les Guadeloupéens se posent ces questions depuis la nuit dernière.

Des automobilistes soumis à la loi des manifestants. Depuis six jours, les points névralgiques de la circulation en Guadeloupe sont en trêve. Solution : faire demi-tour ou négocier. Ici, on laisse passer les ambulances, mais ce n’est pas le cas partout.

Toute l'info sur

Le WE

Depuis le début des blocages, cette patiente insuffisante rénale a du mal à assurer ses dialyses. Si madame Rambaud a trouvé une solution, c’est loin d’être le cas pour l’ensemble des malades, obligés de renoncer à des soins pourtant vitaux.

Les barrages sont aussi un frein à l’activité économique. Certains employés ne peuvent regagner leur lieu de travail. Dans cet hôtel, la direction a décidé de loger les salariés bloqués pour maintenir le service.

Depuis vendredi, la Guadeloupe est soumise à un couvre-feu de 18 heures à 5 heures du matin. Prévu pour durer au moins jusqu’à mardi prochain.

T F1 | Reportage J.M. d'Abreu, B. Jourdier

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.