VIDÉO - Une vie au milieu des fauves : à la rencontre du dompteur de lions du cirque Pinder Frédéric Edelstein

DirectLCI
CŒUR DE LION - Vous aurez peut-être l'occasion d'assister à son spectacle durant les vacances d'été. Le cirque, Frédéric Edelstein est tombé dedans quand il était tout petit. Rencontre sur la piste aux étoiles avec l'actuel directeur du Cirque Pinder, devenu dompteur de lions à seulement 14 ans.

C'est l'histoire d'un homme qui, dès son plus jeune âge, s'est passionné pour les animaux. Les félins en particulier. A 5 ans, Frédéric Edelstein nourrissait déjà les lions. Son père Gilbert, associé du propriétaire du cirque Pinder, Jean Richard, à qui il rachètera l'entreprise en 1983, lui répétait sans arrêt : "Titi, je ne veux pas te voir traîner vers les cages ! C’est dangereux !". Mais le jeune Frédéric n’avait pas peur. Il n’a jamais eu peur.


Un jour ainsi, sans l’accord de ses parents et avec beaucoup d’inconscience, il s’infiltre dans la cage aux lions. Il a 14 ans. C’est la révélation. L'adolescent remplace un dompteur absent et présente durant une dizaine de jours, tous les soirs, un numéro avec des félins. Quand son père l’apprend, il est furieux : "Je ne t’ai pas mis au monde pour que tu te fasses bouffer par un tigre !"

Mais quand Fréderic Edelstein accueille dans sa caravane Sophie, un bébé tigre rejeté par sa mère, une incroyable histoire naît entre le félin et son maître. Son père accepte alors sa passion. Dès lors, le jeune homme part apprendre le métier de dompteur chez  Dicky Chipperfield, célèbre dresseur depuis huit générations. 


Aujourd’hui, Fréderic Edelstein est devenu le directeur du cirque familial. Et il présente un numéro unique au monde avec ses douze lions blancs. A son actif, plus de 10.000 représentations. En tant que patron de l'entreprise, c'est lui qui gère toute la logistique, les 130 véhicules et 147 salariés du cirque. Mais il garde en permanence une attention particulière pour ses fauves,  auprès desquels il passe beaucoup de temps. Tous les matins, il les nourrit lui-même (poulet au petit-déjeuner les jours de spectacle). Un camion entier de viande leur est dédié. Car même durant les répétitions et les représentations, le dompteur leur donne des brochettes en guise de friandises. 

Chez les Edelstein, le cirque est devenu une histoire de famille. Les deux enfants de Fréderic passent ainsi leurs vacances scolaires sous le chapiteau. L’aîné, Alexandre, arbore alors un nez de clown et sa fille, Amaya, présente un numéro de contorsion. Quand à Sophie, sa compagne, elle a quitté sa vie sédentaire de juriste dans les assurances pour suivre Fréderic sur les routes et devenir régisseuse de salle. La relève est assurée.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter