Vaccination : ce qu’il faut savoir pour (espérer) obtenir un rendez-vous

Vaccination : ce qu’il faut savoir pour (espérer) obtenir un rendez-vous

EMBOUTEILLAGES - La vaccination tant attendue des personnes de plus de 75 ans a démarré lundi dans toute la France. Seulement, dans la pratique, nombreux sont ceux qui cherchent encore à décrocher un rendez-vous. D'où cette question : quelle est la marche à suivre pour tenter d'obtenir le Graal ?

La course contre la montre se poursuit pour vacciner la population. Jusqu'à maintenant, près de 480.000 personnes ont reçu leur première injection. Et le ministère de la Santé espère toujours en vacciner un million d'ici la fin du mois de janvier. Un rythme qui n'en reste pas moins trop lent pour de nombreux élus. Face aux critiques, le gouvernement a donc élargi le champ des bénéficiaires, en intégrant, depuis lundi 18 janvier, les plus de 75 ans. Seulement, ça coince. 

Signe de l'engouement pour le précieux sérum, plus d'un million de rendez-vous ont été pris dès vendredi, mais impossible d'éponger une telle demande en quelques jours. Le ministre de la Santé Olivier Véran a ainsi concédé ce mardi que la vaccination "prendrait du temps". "Aujourd'hui, nous passons la barre des 2 millions de rendez-vous donnés. (...) Il reste 140.000 créneaux de vaccinations sur toute la France, ce qui est peu", a-t-il indiqué sur France Inter, avant d'annoncer que 500.000 créneaux supplémentaires seront libérés dans 300 centres de vaccination. 

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Alors que les listes d'attente s'allongent. Le JT de 20H a mené l'enquête : à Saint-Denis, par exemple, le planning est plein pour les trois semaines à venir. Même son de cloche à Lyon où la mairie a mis le stade Gerland à la disposition des autorités sanitaires, mais face à la demande, le numéro vert a vite été saturé. Avant la fin de semaine, les personnes qui n'obtiendront pas de rendez-vous seront placées sur liste d'attente et seront rappelées dès lors qu'un créneau sera disponible, promet le gouvernement.

Ainsi, pour éviter l'engorgement, voici ce que vous devez savoir avant de tenter d'obtenir un créneau.

Suis-je concerné ?

La vaccination qui était jusqu'ici réservée à certains publics prioritaires comme les résidents d'Ehpad ou les soignants s'est donc élargie lundi aux personnes de plus de 75 ans ne vivant pas en Ehpad (5 millions de personnes), ainsi qu'à près de 800.000 personnes présentant des pathologies à "haut risque" (atteints de cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ; atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ; atteints de poly-pathologies chroniques, selon le critère suivant : au moins deux insuffisances d’organes ; atteints de certaines maladies rares (voir la liste sur le site du ministère de la Santé) ; atteints de trisomie 21 ; mais aussi les transplantés d’organes solides et les transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques).

Où trouver la liste des centres de vaccination ?

Si vous êtes concerné, vous pouvez vous faire vacciner dans un des centres de vaccination ouverts. Ce mardi, plus de 900 centres étaient opérationnels, selon le ministre de la Santé. Pour en obtenir la liste, rendez-vous sur le site Sante.fr. Là vous devez sélectionner votre département. Tous les centres disponibles s'affichent avec leurs coordonnés, et un lien pour prendre rendez-vous en ligne.

Par qui je passe pour prendre rendez-vous ?

Plusieurs possibilités s'offrent à vous :

- Le site sante.fr, ouvert  depuis vendredi, devait initialement rediriger vers l'une des trois plateformes privées de réservation, mais il a connu "une activité extrêmement élevée avec 2,5 millions de visites, et jusqu’à 20.000 connexions par minutes", et peut donc présenter des difficultés d'accès.

En attendant, vous pouvez vous rendre directement sur le site Doctolib qui revendique "150 centres de vaccination" équipés avec son logiciel "dans toute la France". Son concurrent Maiia, filiale du groupe d’informatique médicale Cegedim, a également été référencé par le ministère de la Santé pour gérer les inscriptions, tout comme la plateforme Keldoc, filiale de la Mutuelle nationale des hospitaliers, qui est déjà utilisée dans "un certain nombre de centres de vaccination".

Enfin, vous avez également à disposition un numéro vert dédié à la vaccination (le 0800.009.110), ouvert tous les jours de 6h à 22h, qui avait déjà reçu vendredi "370.000 appels", souligne le ministère. Ce dernier ajoute que "toute personne éligible qui n'aura pas pu prendre de rendez-vous dès ce vendredi pourra le faire au cours des prochaines semaines" et précise que "l'arrivée progressive des doses de vaccins permettra l'ouverture de nouveaux rendez-vous au-delà du 14 février 2021".

Lire aussi

Puis-je en prendre plusieurs ?

En théorie non, si ce n'est le rendez-vous pour la deuxième dose que l'on doit se faire injecter trois semaines après la première. Mais en pratique, face à la pénurie de places, des élus ont pointé du doigt le fait que les personnes éligibles multipliaient les recours pour avoir accès à la vaccination. En cause, selon Vincent Jeanbrun, le maire de l'Hay-les-Roses (Val-de-Marne) une totale désorganisation : "La carte n’a pas été pensée : sur les 4.000 inscriptions que j’avais vendredi, il y avait des Parisiens, des habitants de Chartres, à 150 km. On n’est pas orienté vers un centre de vaccination, c’est la cacophonie totale. Certains s’inscrivent dans plusieurs centres, vu qu’il n’y a pas de fichier global centralisé. Certains inscrivent leurs parents âgés absolument partout", a-t-il dénoncé sur Sud-Radio.

En vidéo

Vaccination des plus de 75 ans : pourquoi ça coince ?

Suis-je sûr d’avoir une dose ?

Côté doses, après des sueurs froides liées à l'annonce par Pfizer d'une baisse de cadence "pour trois à quatre semaines", le groupe américain, associé au laboratoire allemand BioNTech, a annoncé samedi un "plan" pour accélérer la production et revenir au calendrier initial de livraisons à l'UE "à partir de la semaine du 25 janvier". Pour autant, si l'on fait un calcul rapide, 500.000 vaccins sont livrés chaque semaine par Pfizer dans les 833 centres répartis dans toute la France, ce qui fait en moyenne 600 doses par centre et par semaine. Or les plus de 75 ans représentent 5 millions de Français. "On ne pourra pas les vacciner en quelques jours", a reconnu le Premier ministre qui a appelé à une vaccination "dans le calme"

Toutefois, certains maires ont regretté lundi d'avoir reçu un "nombre limité" de vaccins (Pantin, Seine-Saint-Denis), voire dénoncé une contradiction avec les "annonces gouvernementales", les obligeant à reporter des rendez-vous (Clamart, Hauts-de-Seine).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : les dates à connaître en fonction de votre tranche d’âge

EN DIRECT - Joe Biden promet suffisamment de vaccins pour tous les adultes américains "d'ici fin mai"

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Quelles sont les alternatives au confinement le week-end ?

Covid-19 : AstraZeneca, itinéraire d'un vaccin décrié finalement réhabilité

Lire et commenter