Violences sexuelles : comment protéger davantage les enfants ?

Violences sexuelles : comment protéger davantage les enfants ?

Le livre de Camille Kouchner a provoqué une libération de la parole des victimes d'inceste sur les réseaux sociaux. Comment la loi pourrait-elle évoluer pour protéger davantage les enfants ?

Dans le projet de loi adopté par les sénateurs, il y a d'abord l'allongement du délai de prescription pour non-dénonciation de violence sexuelle sur un mineur. Une proposition soutenue par Emmanuel Macron dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. "Il nous faut entendre, recueillir des témoignages de victimes, même des années, des décennies après", a affirmé le chef de l'Etat. "Il nous faut punir", a-t-il poursuivi.

Toute l'info sur

Le WE

Autre proposition des sénateurs : fixer un âge de consentement à treize ans. En dessous de cet âge, les enfants seront automatiquement déclarés comme non-consentants après une relation sexuelle avec un majeur. Jusqu'à présent, une telle interdiction n'était pas clairement inscrite dans les textes. D'ailleurs, un homme a été acquitté après des relations sexuelles avec une fillette de onze ans en 2017. La Cour a estimé que la contrainte n'était pas établie. Avec cette suggestion, un tel acquittement ne pourrait plus avoir lieu. Mais certaines associations de protection de l'enfance plaident plutôt pour un seuil fixé à quinze ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Quelques heures avant l'interview de Harry et Meghan, la reine loue le "dévouement désintéressé"

EN DIRECT - Covid-19 en France : les patients en réanimation au plus haut depuis novembre

Lire et commenter