Violences à Air France : les 5 salariés mis à pied

SOCIÉTÉ
POUR L'EXEMPLE - Selon une information de BFMTV, les 5 salariés mis en cause dans les violences contre des vigiles et des cadres d'Air France le 5 octobre pourraient être mis à pied sans solde à partir de jeudi. Une information confirmée mercredi matin. Les salariés ont été déférés mardi devant un magistrat.

Des sanctions avant même que la justice ne se prononce. Selon BFMTV, les 5 salariés d'Air France mis en cause dans les violences contre des vigiles et deux directeurs des ressources humaines le 5 octobre dernier vont être mis à pied à titre conservatoire, sans solde, à partir de ce jeudi 15 octobre. Une information confirmée mercredi matin par les syndicats.

Selon la chaîne d'information , c'est la première fois que la compagnie opte pour des sanctions si lourdes, à savoir le gel des salaires. Les cinq salariés ont par ailleurs reçu une lettre déclenchant la procédure disciplinaire.

EN SAVOIR + >> Et Manuel Valls en rajouta une couche sur les "voyous"

Jugés le 2 décembre

Des mesures qui n'attendent pas le calendrier judiciaire. Les mis en cause, placés en garde à vue lundi matin – garde à vue qui a été prolongée mardi – seront jugés le 2 décembre devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour "faits de violences en réunion ayant entraîné une ITT n'excédant pas huit jours".

Âgés de 35 à 48 ans, ils faisaient partie des centaines de salariés qui avaient fait irruption, le 5 octobre, dans les locaux de la compagnie où se tenait le comité central d'entreprise. L'image d'un DRH malmené et torse nu avait fait le tour du monde.

À LIRE AUSSI >> VIDÉO - "Prenez-nous de haut !" : une employée d'Air France ignorée par ses dirigeants

Sur le même sujet

Lire et commenter