Violences chez Air France : le parquet de Bobigny ouvre une enquête

SOCIÉTÉ
JUSTICE - Alors qu'Air France a annoncé le dépôt d'une plainte, lundi, pour violences aggravées à l'encontre de membres de sa direction, le parquet de Bobigny a annoncé ce mardi matin l'ouverture d'une enquête.

Alors que de nombreuses voix politiques continuent de s'élever pour condamner avec fermeté les violences dont auraient été victimes lundi des membres de la direction d'Air France, le parquet de Bobigny a annoncé mardi matin l'ouverture d'une enquête. Cette enquête en flagrance a été confiée à la police aux frontières, compétente en zone aéroportuaire.

Une suite logique : dans la foulée des échauffourées qui se sont déroulées lundi lors du comité central d'entreprise (CCE), la compagnie Air France, en pleine crise sociale depuis plusieurs mois, avait déclaré porter plainte pour des faits de "violences aggravées", "dégradations" et "entrave au déroulement du CCE".

Les photos du DRH torse nu font le tour du monde

En tout, selon la direction de la compagnie, cinq cadres de l'entreprise, dont le directeur des ressources humaines Xavier Broseta et Pierre Plissonnier, directeur des ressources humaines de l'activité long courrier, ont décidé de porter plainte.

Depuis vingt-quatre heures, les images du DRH du groupe en train d'être "exfiltré" par le service d'ordre ont fait le tour du monde, et ont suscité de vives réactions, Manuel Valls n'hésitant pas à condamner avec "fermeté" ces violences. Ces dernières ont fait au total sept blessés dont un grave, un vigile, selon un porte-parole de la compagnie aérienne.

EN SAVOIR +
>> VIDÉO - Une employée d'Air France royalement ignorée par les dirigeants qu'elle interpelle
>>
PHOTOS – Air France : retour sur la folle journée de lundi

Sur le même sujet

Lire et commenter