Viols : le gynécologue André Hazout condamné à huit ans de prison

Viols : le gynécologue André Hazout condamné à huit ans de prison

Société
DirectLCI
JUSTICE - Les Assises de Paris ont condamné jeudi le docteur Hazout à huit ans de prison pour des faits de viols et d'agressions sexuelles sur six de ses patientes. Ce dernier a annoncé son intention de faire appel.

Après trois semaines de débats difficiles et quatre heures de délibéré, le couperet est tombé : coupable. La cour d'assises de Paris a condamné jeudi le gynécologue André Hazout à huit ans de prison pour avoir commis des viols et des agressions sexuelles sur six patientes. Sans surprise, il a également écopé d'une interdiction définitive d'exercer.

Une peine qui ne devrait pas satisfaire l'avocate générale : la veille, Annie Grenier avait requis à l'encontre du célèbre gynécologue spécialiste des problèmes d'infertilité une peine de douze ans, en tout cas "pas moins de dix ans, peine plancher pour une condamnation criminelle". Dans cette affaire, "le désir de l'un l'a emporté sur la faiblesse de l'autre", résumait la représentante du ministère public, pour qui le gynécologue a abusé de son autorité de praticien et de son "ascendant psychologique" face à des patientes "dans un état de vulnérabilité".

En cas de viols, la loi prévoit jusqu'à vingt ans de réclusion criminelle et en cas d'agressions sexuelles aggravées, dix ans de prison. 

Une peine pour l'exemple ?

Jeudi matin, la défense avait pour sa part demandé de ne condamner le septuagénaire que pour les agressions sexuelles qu'il a reconnues sur certaines de ses patientes au cours des débats et non, "pour l'exemple", pour les viols qu'il a toujours contestés. Durant son procès, le docteur Hazout a reconnu quatre agressions sexuelles mais contesté les quatre viols reprochés, estimant qu'il s'agissait de rapports consentis.

"Je réalise tout le mal que j'ai pu engendrer sans le vouloir, sans m'en rendre compte, et je veux demander pardon à ces femmes, à mon épouse et à mes pairs", a fait valoir le gynécologue, juste avant que le jury ne se retire pour délibérer. "Tout au long des débats, j'ai été sincère dans ce que je reconnais et ce que je ne reconnais pas", a poursuivi le praticien en réaffirmant : "Je ne suis pas un violeur, je n'ai jamais violé personne." "Si j'ai pu paraître maladroit, hautain, c'est parce que j'ai peur, j'ai peur depuis sept ans", depuis son interpellation, "j'ai essayé de donner le change, mais j'ai peur", a-t-il insisté.

Sans surprise, donc, la défense du docteur Hazout a annoncé jeudi en fin de journée son intention de faire appel. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter