Vivre avec le Smic : vos réponses à "la polémique Castaldi"

Vivre avec le Smic : vos réponses à "la polémique Castaldi"

DirectLCI
TEMOIGNAGES – Samedi soir, dans On n’est pas couché, l’animateur Benjamin Castaldi et la journaliste Léa Salamé ont buté sur le montant du Smic en France, qu’ils estimaient à 1800 et 1500 euros. Il est en réalité de 1137 euros. Comment fait-on pour vivre avec cette somme chaque mois ? Metronews vous a posé la question. Vous avez répondu.

A combien est le Smic en France aujourd’hui ? Interrogé samedi soir sur la question, dans l’émission On n’est pas couché, Benjamin Castaldi a séché… "Oh, aux alentours de 1 800 euros nets, un truc comme ça..." a-t-il répondu à Laurent Ruquier. Raté. Voulant lui porter secours, la journaliste Léa Salamé n’a pas été plus brillante : "1 500", a-t-elle affirmé. Sauf que ce n’est pas cela non plus. Le Smic s’élève en effet 1 137 euros net.

A LIRE AUSSI 
>>  Le Smic autour de 1800 euros ? La réponse de Benjamin Castaldi qui choque les internautes

Evidemment, ne pas connaître par cœur le montant exact du salaire minimum n’est pas condamnable, mais la séquence a fait réagir, sur metronews.fr ou ailleurs. Pour aller plus loin, nous vous avons proposé ce lundi matin, via notre page Facebook, de raconter, montrer ou décrire ce qu'est la vie avec 1.000 euros par mois. Vous nous avez répondu. Voici vos histoires.

La peur de l'imprévu

"Vivre avec le Smic, c'est toucher le salaire aux alentours du 30 de chaque mois. Avoir ses prélèvements aux alentours du 5... Et ensuite tenter de survivre jusqu'au 30 du mois suivant", explique ainsi Letty pour décrire sa réalité. "Une vie à trimer au boulot pour au final ne pas s'en sortir ou alors tout juste. Ne pas savoir comment sera la fin du mois. Appréhender un imprévu. Bref. La vie de "smicard" est presque digne d'un épisode de Koh Lanta ou on tente par tous les moyens de survivre avec ce que l'on a...", grince-t-elle encore. Caroline complète : "Et les 20 euros qui te restent à la fin du mois, tu les mets sur le compte pour payer ta taxe d'habitation à la fin de l'année." La peur de l’imprévu, qui peut venir chambouler les comptes déjà serrés, c’est aussi la crainte de Nathalie : "La peur d'une panne de voiture, par exemple, ça ne donne vraiment pas envie de se lever le matin pour compter et recompter dès le 5 du mois après que TOUS les prélèvements sont passés."

De nombreux témoignages racontent comme il est dur de devoir compter chaque euro gagné, alors qu’on ne fait déjà que travailler. "Nous sommes un couple de jeune mariés de 23 ans", raconte ainsi Ludivine. "Nous avons une petite fille de deux ans et nous touchons chacun 1 200 euros de salaire pour 35 heures de boulot dans le commerce. Nous payons une taxe d'habitation un loyer de 600 euros sans les charges et nous n'avons aucune aide… Non, le Smic n'est pas de 1800 euros, et si c'était le cas nous aurions moins de mal à finir les mois." 

"Bosser pour survivre et survivre pour bosser"

Morgane, elle, est en couple avec un enfant de deux ans. Elle travaille dans la fonction publique avec un salaire net de 1151 euros. Son conjoint complète avec 860 euros par mois. Là-dessus, les débits s’accumulent vite : "Un loyer excessif de 800 euros sans les charges, 750 euros de nounou car oui il faut bien travailler... La vie de la majorité des gens quoi", détaille-t-elle. "Et bien, la fin du mois chez nous c'est le 15... et à découvert." Même résumé pour Ludivine : "Ceinture serrée jusqu'à ne plus respirer tout le mois jusqu'au jour de la paie, où tout est prélevé pour le loyer, les factures, les assurances mutuelles, le carburant, ou l'abonnement téléphonique à 9,99 euros… Et tout le reste, c’est du découvert, des dettes. Concrètement, bosser pour survivre, survivre pour bosser et devoir la fermer !"

Comment sensibiliser hommes politiques ou médiatiques à cette situation, eux qui en sont parfois déconnectés ? Jen a bien une idée : "Pourquoi ne pas faire une téléréalité avec politiciens, riches et stars intitulée : 'Je vis avec 1 000 euros par mois' ? L'aventure durerait un an. Ce pourrait être sympa non ?"

> Pour lire l'ensemble des témoignages sur la page Facebook de metronews

Plus d'articles