Volkswagen : une première plainte va être déposée en France pour "tromperie"

SOCIÉTÉ
JUSTICE - une première plainte suite au scandale Volkswagen doit être déposée ce mercredi à Paris par l’association Ecologie Sans Frontière. L'ONG, qui dépose plainte contre X, veut notamment inciter la justice à enquêter sur les autres constructeurs.

Motivée par le scandale Volkswagen et dans la continuité des plaintes qu'elle a déjà déposées, l'association "Ecologie Sans Frontière" (E.S.F) s'apprête à saisir une nouvelle fois la justice sur les risques du diesel et la responsabilité des constructeurs. L'association créée en 1998 a décidé de déposer plainte contre X auprès du procureur de la République de Paris pour "mise en danger d'autrui" et "tromperie aggravée". Il s'agit de la première plainte déposée en France suite à l'affaire de la tricherie aux tests antipollution organisée au sein du constructeur allemand alors qu'une action de groupe rassemblant des milliers d’automobilistes est d'ores et déjà lancée aux Etats-Unis, et qu'une association anti-corruption a saisi les tribunaux en Espagne.

En mai dernier, E.S.F, partie en guerre contre le diesel dont les conséquences sur la santé ont été reconnues par l'OMS depuis 2012, avait été déboutée de sa première procédure visant à dénoncer l'inaction des pouvoirs publics face à la pollution de l'air constatée durant les pics de pollution à Paris. L'ONG avait alors déposé une nouvelle plainte contre X en se constituant civile et pour laquelle elle attend toujours la désignation d'un juge d'instruction. La nouvelle plainte déposée mercredi suite au scandale Volkswagen pourrait accélérer les choses et les deux procédures pourraient être regroupées, estime l'association.

EN SAVOIR + >> Scandale Volkswagen : plus de 948.000 véhicules concernés en France

Les soutiens affluent

En portant une nouvelle fois plainte contre X, notamment pour tromperie, l’association écologiste veut "inciter la justice à enquêter sur les autres constructeurs sur lesquels pèsent des soupçons de manipulation des tests antipollution", commente pour metronews Franck Laval, porte-parole d'Ecologie Sans Frontière. Et ce dernier se montre confiant sur l'issue du dossier, arguant notamment que la "tromperie" est clairement avérée. En outre, poursuit le militant écologiste, "depuis ce matin, nous avons reçu plus d'une trentaine de mails de personnes qui se sentent trahies et soutiennent la procédure". Autant de victimes qu'E.S.F incite à porter plainte à leur tour.

Pour l'ONG, qui dénonce la "complicité" de l'Etat dans le développement du diesel en France à travers notamment une fiscalité avantageuse, sa plainte doit également aboutir à mettre en place des tests antipollution efficaces qui doivent être réalisés par des cabinets indépendants.

A LIRE AUSSI >>  Le scandale Volkswagen en cinq questions  >>  Après le scandale Volkswagen, Ségolène Royal veut renforcer les contrôles

Sur le même sujet

Lire et commenter