Votez pour que les noms des stations du métro parisien se féminisent

Votez pour que les noms des stations du métro parisien se féminisent

DirectLCI
TRANSPORT - Un appel à contributions a été lancé par le syndicat des transports d'Île-de-France pour baptiser les futures stations de la ligne 4 du métro parisien. L'association Osez le féminisme milite pour mettre à l’honneur d'illustres femmes.

Et si les stations du métro parisien se féminisaient ? Pour l'heure, seules sept stations sur 302, soient 0,023% d'entre elles mettent à l'honneur des personnalités féminines. Profitant d'une consultation, lancée le mois dernier par le Syndicat des transports d'Île-de-France pour nommer les deux futures stations de la ligne 4, l’association Osez le féminisme plaide pour qu'elles portent le nom d’illustres femmes, rapporte le journal Libération


Parmi les noms proposés figurent, pour la station de Montrouge, l’auteure-compositrice-interprète Barbara, qui repose non loin de là. Pour les deux futures stations de Bagneux, sont suggérées la résistante et militante pour la paix Lucie Aubrac et la musicienne Nina Simone. La consultation est ouverte jusqu'au 17 juin. Pour donner votre avis, il vous suffit de cliquer ici

En vidéo

Inauguration de la station Simone-Veil

Fin mai, la station Europe sur la ligne 3 a été renommée "Europe-Simone Veil", en hommage à l’ancienne ministre de la Santé, décédée l’an dernier. Six autres rendent célèbres d'illustres femmes : la station Barbès-Rochechouart (en référence à Marguerite de Rochechouart de Montpipeau, religieuse et ancienne abbesse de Montmartre), Pierre-et-Marie-Curie, du nom de la physicienne et de son mari, prix Nobel en 1903, Louise Michel, grande figure du féminisme et de la Commune, Boucicaut, en hommage aux commerçants Marguerite et Aristide, Chardon-Lagache, en hommage à Amélie et Pierre-Alfred, fondateurs de la maison de retraite qui jouxte la station de métro.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter