"Vous arrêtez le chantier ou l'on va vous sortir violemment" : A Échirolles, le chantier d'une crèche bloqué par des jeunes sans-emploi

Société
DirectLCI
TENSION. A Echirolles (Isère), le chantier d’une crèche a été bloqué par des jeunes sans-emploi. Ces derniers réclament du travail dans un quartier où le chômage touche 40% des jeunes.

Depuis des semaines, le chantier d’une crèche à Echirolles (Isère) est à l’arrêt. Menacés par une bande de jeunes sans-emploi du Village 2, un quartier sensible en banlieue de Grenoble, les ouvriers ont abandonné la construction de l’édifice depuis le 12 juin. "Vous arrêtez le chantier ou l’on va vous sortir violemment. Et si vous nous dénoncez, on vous retrouvera et on s’en prendra à vos familles", aurait lancé l’un des jeunes aux ouvriers. La police municipale intervient, mais ses agents sont à leur tour pris à partie. Appelée en renfort, la police nationale finira par interpeller deux jeunes qui comparaîtront en octobre devant la justice pour "outrage". Malgré l’intervention de la police, les ouvriers ne reprennent pas le travail, traumatisés par les menaces qui leur ont été proférées. 

Les ouvriers traumatisés

Scandalisé, Renzo Sulli, le maire communiste d’Echirolles, a décidé d’en informer le préfet de l’Isère : "Il est inacceptable que de telles situations perdurent au mépris des habitants, des villes concernées et des forces de sécurité, indique-t-il dans une lettre au préfet citée par le Parisien. Lédile dénonce des "formes d'appropriation de territoires par des petits groupes n'hésitant pas à avoir recours aux menaces" pour "pour protéger leurs trafics."

40% de chômage chez les jeunes

Dans un quartier où le chômage touche 16% de la population et monte à près de 40% chez les jeunes, certains assument leur geste : "Pour se faire entendre, il faut passer par la force. Cela fait 10 ans qu'on ne leur dit rien, ils nous calcule pas, ils nous laissent !", réagit l'un des jeunes du quartier au micro de TF1.  La préfecture a décidé d’organiser la semaine prochaine une réunion pour tenter de trouver une solution. En attendant, le chantier de la crèche n’avance toujours pas, et les habitants commencent à s’énerver :"On a hâte que cela soit terminé, mais on a l’impression que du côté de la mairie, cela ne bouge pas donc ce n’est pas prêt d’être terminé", commente une riveraine, interviewée par une équipe de TF1. L’établissement aurait dû ouvrir à la rentrée et accueillir une quarantaine d’enfants. Les travaux pourraient tout de même reprendre au mois de septembre sous la surveillance de la police municipale.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter