5 questions que vous n’osez (peut-être) pas poser sur Orelsan

Nos Festivals

PORTRAIT - C’est une tête d’affiche incontournable de la saison des festivals de l’été. Depuis le triomphe populaire de "La fête est finie", le rappeur Orelsan remplit les salles à travers la France. Mais connaissez-vous vraiment l’interprète de "Basique" et "Tout va bien" ?

De la polémique autour de la chanson "Sale pute" à sa consécration aux Victoires de la musique, Orelsan est passé par toutes les émotions en dix ans de carrière discographique. Cet été, il part à la rencontre de son public dans les plus grands festivals de France, de Marsatac ce week-end au Cabaret Vert fin août en passant par le Lollapalooza à Paris en juillet. Vous pensiez connaître le personnage sur les bouts des doigts ? LCI vous rafraîchit la mémoire, au cas où…

Ça veut dire quoi, Orelsan ?

Son vrai nom, c’est Aurélien Cotentin. Pas franchement glamour pour un rappeur, non ? Le pseudonyme de ce fils d’une institutrice et d’un directeur de collège vient de "Orel", le surnom qu’on lui donnait lorsqu’il était gamin. Pour des raisons juridiques, il devra y ajouter un suffixe et choisit "San", une référence à la culture japonaise et aux mangas dont il est fan. Le sabre qu’il porte derrière le dos, dans un métro bondé sur la pochette dans "La fête est finie", ça vient de là !

Est-ce qu’il vit toujours à Caen ?

S’il est né à Alençon, dans l’Orne, Orelsan a grandi et passé la majeure partie de sa jeunesse un brin morose à Caen, dans le Calvados. Dans "Ma ville, on traîne", l’un des titres de "La fête est finie", il la décrit comme "une première copine que j’ai jamais eue. J’peux pas la quitter, pourtant, j’passe mon temps à cracher dessus". Aujourd’hui il réside à Paris, dans un loft situé dans le Xe arrondissement, près du canal Saint-Marin.

Combien a-t-il vendu d’albums ?

En dix ans de carrière discographique, Orelsan s’est progressivement installé à la table des champions de charts. Après "Perdu d’avance", son premier opus vendu à 100.000 exemplaires, "Le Chant des sirènes" lui permet de dépasser le cap des 200.000 ventes. Mais c’est avec "La fête est finie", sorti fin 2017, qu’il explose les compteurs puisque cet album gorgé de tubes ("Basique", "Tout va bien", "Défaite de famille") s’est écoulé à plus de 500.000 exemplaires, avec à la clé un disque de diamant, la plus haute certification en France.

Voir aussi

A-t-il eu des problèmes avec la justice ?

Dans le sillage du scandale provoqué par la chanson "Sale Pute", accusée d'incitation à la violence envers les femmes, Orelsan sera poursuivi en justice par un collectif d’associations féministes. En mai 2013, il sera condamné par le tribunal correctionnel de Paris à verser 1000 euros d’amende avec sursis et 1 euro symboliques aux parties civiles. Trois ans plus tard, il sera relaxé, la cour d’appel de Versailles estimant que ses textes sont "le reflet d’une génération désabusée et révoltée".

Voir aussi

A-t-il une petite amie ?

Si les textes de ses chansons ne sont pas toujours tendres avec les filles, Orelsan a trouvé bonheur et équilibre depuis plus de 10 ans auprès de Ahélya, qui vit désormais avec lui à Paris. "Si je n’avais pas une personne à mes côtés qui me soutient, ce serait impossible", expliquait-il l’an dernier à Tracké, le podcast musical de la plateforme Deezer. "Si j’avais des embrouilles de couple, je ne pourrais pas être aussi productif ou concentré sur ma musique."

Sur le même sujet

Et aussi