Aucun film Netflix au Festival de Cannes en mai prochain ? Chronique d’une réconciliation manquée…

Sorties

BUSINESS - Absente l’an dernier en raison des nouvelles règles que lui imposait la direction du Festival de Cannes, la plateforme américaine Netflix ne devrait pas revenir sur la Croisette en mai prochain. Pour une raison différente puisque les films attendus comme "The Irish Man" de Martin Scorsese ne seraient pas prêts à temps... Explications.

Il était une fois au Festival de Cannes. Le 19 mai 2017, peu après 8h30 du matin, la projection presse de "Okja", le film du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho produit par Netflix, est victime d’un incident technique malencontreux. Le rideau du Grand Théâtre Lumière ne s’étant pas entièrement levé, une partie de l’écran sera dissimulée pendant plusieurs minutes, entraînant sifflets et commentaires acerbes des cinéphiles purs et durs pour qui "Netflix, ce n'est pas du cinéma".

Cette année-là, le plus grand festival de cinéma au monde avait sélectionné deux films de la plateforme de streaming américaine – l’autre était "The Meyerowitz Stories" de Noah Baumbach –, s’attirant les foudres d’une partie des exploitants de salles de cinéma, hostiles à ce nouvel entrant qui déstabiliserait, d'après eux, l'équilibre économique de l'industrie cinématographique. Le jour de l’ouverture de la manifestation, le président du jury Pedro Almodovar avait lui-même déclaré qu’il ne se voyait pas remettre un prix à un film qui ne sortirait pas en salles.

Des intérêts discordants ?

Le cinéaste espagnol faisait allusion à la fameuse "chronologie des médias" à la française, une loi qui vise à protéger les salles de cinéma en leur donnant la primeur sur les nouveaux films, qui doivent patienter 36 mois avant d’être disponibles sur une plateforme de streaming par abonnement. Tout l’inverse du modèle Netflix, qui mise sur des sorties simultanées en salles et en streaming, voire uniquement en streaming.

Si Netflix était rentré bredouille de la Croisette, son grand patron Ted Sarandos se voyait bien revenir l’année suivante avec un candidat crédible à la Palme d’or. Sauf qu’entre temps, la direction du Festival mettra en place de nouvelles règles, exigeant que les films en compétition sortent en salles. Une manière de contraindre la société américaine à se plier à la loi française ?

Voir aussi

Après d’âpres négociations en coulisses, Netflix préférera renoncer à Cannes, privant notamment "Roma", le film d’Alfonso Cuarón, d’une sélection attendue. Exit également "Un 22 juillet", le film de Paul Greengrass sur la tuerie d'Utoya, ou encore "The Other Side of the Wind", le film inachevé d’Orson Welles, qui devait être présenté dans le cadre d’un hommage au réalisateur de "Citizen Kane". 

La pression des exploitants aurait-elle payé ? "L’an dernier, on avait proposé deux films Netflix, mais cela a été fortement critiqué. J’ai failli perdre mon poste. C’était très violent", reconnaîtra le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux dans une interview à Screen Daily. "J’aime beaucoup Ted Sarandos. Un jour, on se retrouvera à nouveau ensemble sur un tapis rouge. Les choses vont évoluer. Netflix va changer, Cannes va changer."

Voir aussi

Depuis cet épisode très médiatisé, Netflix a pris sa revanche en présentant "Roma" à la Mostra de Venise, d’où Alfonso Cuarón est reparti avec le Lion d’or. Avant de décrocher 3 Oscars en février dernier, dont celui du meilleur réalisateur et du meilleur film étranger. Et c’est à bras ouverts que les films de la plateforme américaine sont régulièrement accueillis dans la plupart des festivals de la planète. Mais toujours pas à Cannes… 

D’après le magazine Variety, la plateforme sera encore absente de la Croisette cette année. Ted Sarandos et Thierry Frémaux auraient bien dîné ensemble il y a quelques jours à Los Angeles. Or non seulement les deux parties n’auraient pas trouvé de solution à leur différend. Mais surtout aucun film Netflix ne serait prêt à temps, le 72e Festival de Cannes, dont le jury sera présidé par le cinéaste mexicain Alejandro Gonzales Iñárritu, devant débuter le 14 mai prochain.

Voir aussi

C’est notamment le cas de "The Irishman", le nouveau film de Martin Scorsese qui réunit à l’écran Robert De Niro, Al Pacino et Harvey Keitel. La faute à des trucages numériques laborieux qui contraindraient le cinéaste à se rabattre sur la Mostra de Venise en septembre. "The Laundromat" de Steven Soderbergh avec Meryl Streep, "The King" de David Michod avec Thimothée Chalamet, ou encore "Uncut Gems", des frères Ben et Josh Safdie, ne seraient pas prêt à temps non plus pour Cannes.

Reste que la Croisette ne devrait pas être en panne de stars cette année. Aux dernières nouvelles la présence sur les marches de l’équipe de "Once Upon A Time in Hollywood", le nouveau film de Quentin Tarantino, est quasi-assurée. Au générique : Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Al Pacino ou encore Margot Robbie. L'ex d'Angelina Jolie pourrait monter deux fois les marches du Palais des Festivals puisqu’il est également la vedette d'"Ad Astra", le film de SF de James Gray, dans les starting-blocks pour Cannes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter