3 bonnes raisons de se passionner pour le thriller français "Exfiltrés"

Sorties
DirectLCI
PREVIEW - En salles le 6 mars prochain, "Exfiltrés" s’inspire de l’histoire d’un Français dont la compagne a rejoint la Syrie avec leur petit garçon après avoir répondu à l’appel d’une cellule de Daech. Un thriller politique et intimiste où se croisent quelques-uns des meilleurs comédiens du moment.

Qui a dit que le cinéma français avait peur de se frotter à la question du terrorisme et de la radicalisation ? Trois ans après "Le Ciel Attendra", dans lequel Marie-Castille Mention-Schaar dressait le portrait troublant d'une jeune candidate au djihad, c'est au tour du réalisateur Emmanuel Hamon de se pencher sur ce sujet toujours brûlant d'actualité.


Après avoir signé de nombreux documentaires, cet ancien assistant de Patrice Chéreau et de Philippe Lioret passe à la fiction avec "Exfiltrés", en salles le 6 mars prochain. Un thriller à la fois politique et intimiste, inspiré de faits réels, tourné entre la France et la Jordanie. Et le résultat vaut le détour à plus d’un titre…

Parce qu’il est basé sur une histoire vraie

Printemps 2015. Faustine, une assistante sociale récemment convertie à l’Islam, annonce à Sylvain, son mari, qu’elle prend quelques jours de vacances en Turquie avec leur fils Noah. En réalité, elle a décidé de rejoindre la Syrie pour travailler dans une maternité, à l’invitation d’un groupe de jeunes recrues de Daech qu’elle a connu dans le cadre de son travail… Si le scénario d’"Exfiltrés" vous est familier, c’est parce qu’il est librement inspiré d'histoires médiatisés ces dernières années, à l'instar de celle de Sophie, revenue de l’enfer de Raqqa.

Parce que c’est un premier film ambitieux

Si le personnage de Faustine est au cœur de l’intrigue, Emmanuel Hamon et son scénariste Benjamin Dupas ont choisi de multiplier les points de vue pour proposer un récit choral où se croisent Sylvain, le mari désemparé, Gabriel, tête brûlée au sein d’une ONG et Adnan, un jeune opposant au régime de Bachar el-Assad qui rêve de rejoindre la France. Tourné entre la France et la Jordanie, ce thriller géo-politique bien documenté se regarde aussi comme la chronique d’une jeunesse engagée, dans un monde aussi instable qu’hyper-connecté.

Parce que le casting est séduisant

César 2018 du meilleur acteur pour son rôle dans "Petit Paysan", Swann Arland apporte fragilité et poésie au personnage de Sylvain. Un sacré contraste avec l’énergie brute de Jisca Kalvanda, l’interprète de Faustine qu’on avait découverte dans le brûlant "Divines", en 2016. Si Finnegan Oldfield confirme qu’il est l’un des jeunes comédiens les plus intenses du moment dans le rôle de Gabriel, la révélation du film se nomme Kassem Al Khoja. L’interprète solaire d’Adnan est en effet un réfugié syrien d’une vingtaine d’années, repéré lors d’un casting sauvage par le réalisateur.

>> "Exfiltrés", de Emmanuel Hamon. Avec Swann Arlaud, Jisca Kalvanda, Finnegan Oldfield. En salles le 6 mars

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter