"A Star Is Born" : pourquoi le premier film de Bradley Cooper avec Lady Gaga est un petit miracle

Sorties
DirectLCI
ON ADORE – En salles en France ce mercredi, "A Star Is Born" est le troisième remake d'un classique hollywoodien de 1937. Son atout majeur : l’alchimie troublante entre ses deux vedettes, l’acteur-réalisateur Bradley Cooper et la chanteuse Lady Gaga. Et pourtant ces deux-là ont mis du temps avant de se trouver…

C’est un film qui n’aurait jamais dû voir le jour. Du moins dans cette version. Lorsqu’en janvier 2011, la Warner annonce son intention de mettre en chantier un troisième remake de "A Star is Born", le classique de 1937, c’est ni plus ni moins Clint Eastwood qui est annoncé derrière la caméra. Sa vedette ? La chanteuse Beyoncé, succédant à Janet Gaynor, Judith Garland et Barbra Streisand. 


L’idée à l’époque est de lui faire incarner une jeune chanteuse anonyme qui va percer grâce à sa rencontre inattendue avec une star du rock en pleine déchéance, inspirée de Kurt Cobain, le leader de Nirvana. Les noms de Leonardo DiCaprio, Johnny Depp, Will Smith circulent. Mais la grossesse inattendue de "Queen B" va reporter le projet de plusieurs mois. Avant qu’elle ne l’abandonne définitivement, en octobre 2012.


Entre alors en scène Bradley Cooper, la star de la trilogie comique "Very Bad Trip". Dans la foulée de sa performance dans l'excellent "Happiness Therapy", qui va lui valoir sa première nomination à l’Oscar du meilleur acteur, il cherche à poursuivre sa transformation en acteur "sérieux". L’idée est séduisante. Mais le temps passe.

Au début il y avait Beyoncé...

Après avoir envisagé de remplacer Beyoncé par la chanteuse de jazz Esperanza Spalding, Clint Eastwood abandonne l’affaire début 2015. Bradley Cooper, qui vient de travailler avec le cinéaste sur "American Sniper", propose de le remplacer. Mais la route est encore longue. L’acteur est novice derrière la caméra. Et il n’a toujours pas trouvé celle qui lui donnera la réplique… Jusqu’à la rencontre décisive qui va tout changer.


Nous sommes début 2016 et Bradley Cooper et assiste à un gala de charité dans le jardin de la maison californienne de Sean Parker, le fondateur de Napster. Pour animer la soirée, ce dernier a fait appel à… Lady Gaga. Rien que ça. "Elle avait les cheveux tirés en arrière et elle s’est mise à chanter 'La Vie en Rose'", se rappelle l’acteur dans "Vogue". "Je suis entré en lévitation. C’est comme si on m’avait injecté un diamant dans le cerveau. J’adorais sa façon de bouger, le son de sa voix."

Je lui ai dit : Bradley, tu as une voix incroyable, tu chantes avec tes tripes, tu chantes avec ton âme. Tu chantes avec le nectar de ton être...Lady Gaga, sur la chaîne Entertainment Tonight

Le lendemain, Bradley Cooper sonne à la porte de la villa de l’interprète de "Bad Romance", à Malibu. "J’ai ouvert la porte et à la seconde où j’ai croisé son regard, j’ai ressenti une connexion instantanée", raconte la chanteuse à Entertainment Tonight. "Je lui ai demandé s’il avait faim, je lui ai réchauffé un reste de pâtes et en mangeant il m’a dit : "J’aimerais chanter avec toi, si tu es d’accord."


Après sa dernière bouchée de spaghettis, l’acteur s’assoit au piano à côté de son hôte pour interpréter "Midnight special" de Creedence Clearwater Revival, l’une de ses chansons préférées. Tout en filmant la scène avec son iPhone. "J’ai commencé à jouer, et lorsqu’il s’est mis à chanter, je me suis arrêtée estomaquée", assure Lady Gaga. "Je lui ai dit : Bradley, tu as une voix incroyable, tu chantes avec tes tripes, tu chantes avec ton âme. Tu chantes avec le nectar de ton être." N’en rajoutez plus.

Ils ont conclu un marché

C’est de cette rencontre un brin mystique que va naître le film qu’on peut découvrir en salles en France ce mercredi. Car avant de tourner, Lady Gaga a posé ses conditions. Elle a déjà joué la comédie, notamment dans la série "American Horror Story". Mais elle compte sur Bradley Cooper pour faire d’elle une véritable actrice. Et tirer d’elle une grande performance, sans les artifices qu’elle emploie d’ordinaire dans ses clips vidéo.


L’acteur, lui, devra chanter en live avec elle, comme ce jour béni. "J’étais terrifié. Alors j’ai passé un an et demi à prendre des cours de chant et à me préparer", racontera l’acteur au site Vulture. Des efforts qui lui permettront d'assurer lors de l’une des plus belles scènes du film sur la scène du festival de Glastonbury, devant 80.000 personnes.  Et qui a été tournée, pour l'anecdote, pendant le concert du chanteur Kris Kristofferson, star de la version de 1976 avec Barbra Streisand.

Et le cinéma dans tout ça ? L’alchimie entre les deux vedettes est le principal atout de cette histoire d’amour comme Hollywood les adore depuis toujours. Peu importe le scénario prévisible et la mise en scène assez conventionnelle. C’est la manière dont ses deux vedettes semblent s’être nourris l’un de l’autre qui fascine et donne à plusieurs reprises le frisson. Lorsqu’ils chantent ensemble, donc. Mais aussi lorsqu’ils se confient l’un à l’autre, dans l’intimité d'une chambre d'hôtel ou d'une salle de bains.


Bradley Cooper est irrésistible dans la peau de la rock star destroy Jackson Maine, le regard bleu azur embué par l’alcool qui l'aide à surmonter ses démons. Lady Gaga, elle, surprend surtout par sa présence au naturel. Ally, son personnage brut de décoffrage, prolonge son envie de simplicité déjà affichée avec l’album "Joanne", en 2016. Et qu’on retrouve également dans les plus belles chansons du film comme le duo "Shallow", un tube en puissance.

En vidéo

Bradley Cooper : "Lady Gaga est une actrice incroyable"

"A Star Is Born" s’inspire clairement de la carrière de celle qui chanta à ses débuts dans les bars de strip-tease de New York, avant de devenir la nouvelle reine mondiale de l’extravagance, marchant dans les pas de Madonna, son idole. Ce rôle n’est peut-être, au fond, qu’un énième avatar d’une pop star rusée, à la recherche d'un second souffle au cinéma. Mais lorsque le résultat est aussi convaincant, difficile de résister...


>> "A Star is Born", de Bradley Cooper. Avec Bradley Cooper, Lady Gaga, Sam Elliott. En salles ce mercredi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter