VIDEO - "Intense", "très excitant" et en partie inversé : le tournage de "Tenet" raconté par ses acteurs

VIDEO - "Intense", "très excitant" et en partie inversé : le tournage de "Tenet" raconté par ses acteurs
Sorties

INTERVIEW - Robert Pattinson, Elizabeth Debicki et John David Washington sont à l'affiche dès ce mercredi 26 août du prochain film de Christopher Nolan, qui fait s'entrechoquer les temporalités. Alors forcément sur le plateau, les acteurs ont dû s'adapter. Entre chorégraphies et cascades, LCI a tenté de les faire parler.

Il a été "des plus complexes", selon la productrice Emma Thomas. On ne peut que la croire au regard de ce qui se joue à l'écran pendant près de deux heures et demi. Le tournage de Tenet a donné autant de fil à retordre à ses comédiens que l'intrigue créera de nœuds au cerveau chez la majorité des spectateurs. Attendu par de nombreux exploitants comme le film qui pourra relancer une industrie au ralenti en raison de la pandémie de coronavirus, le film de Christopher Nolan livrera ses secrets au public dès mercredi 26 août au cinéma.

Visuellement, le spectacle est dingue dans ce monde où l'inversion temporelle règne en maîtresse. Hommes et objets vont et viennent, pas toujours dans le même sens. À se demander comment le cinéaste britannique est parvenu à jouer aussi avec le temps sur le plateau, qu'il a déplacé dans sept pays à travers la planète. Il y a eu le recours à des caméras IMAX spéciales bien sûr, mais pas que. 

En vidéo

"Tenet" : la bande-annonce du film de Christopher Nolan

"Il nous fallait un dispositif plus élaboré que la simple possibilité de tourner à l'envers ou d'inverser le mouvement (...). La notion d'inversion est asymétrique, si bien que le dispositif à mettre en place était complexe. Autrement dit, il nous fallait aussi bien des acteurs et des cascadeurs capables d'interpréter des scènes de combat, de courir et de se déplacer dans plusieurs directions, que des véhicules à même d'aller en avant ou en arrière dans toutes sortes de configurations", explique Christopher Nolan dans les notes de production. Ses comédiens ont donné de leur personne pour s'adapter aux conditions de tournage. "C'était intense, nous raconte John David Washington. On a commencé deux mois avant le tournage à apprendre le langage de l’inversion. À la fois le langage corporel et la manière dont on est censé parler dans le monde inversé".

On a dû tourner beaucoup de scènes à l'endroit et à l'envers pour pouvoir monter les séquences ensemble. C’était une façon de faire très déroutante- Robert Pattinson

"Tout ça, c’était un sacré défi", lâche dans un grand éclat de rire celui qui campe le Protagoniste, espion sans nom qui tente de mettre fin à une menace imminente susceptible de détruire la planète. Un apprentissage fait aux côtés de son partenaire Robert Pattinson selon des codes bien établis. "Il y avait une tonne de chorégraphies, même pour les choses les plus simples. Vous ne pouviez pas simplement marcher à reculons, il fallait le faire différemment", se souvient le prochain interprète de Batman, qui incarne ici Neil, le partenaire de mission du Protagoniste. "On a dû tourner beaucoup de scènes à l'endroit et à l'envers pour pouvoir monter les séquences ensemble. C’était une façon de faire très déroutante", poursuit-il, confessant avoir "souvent eu beaucoup de peine pour le monteur". "Assembler un récit non linéaire et faire que ça ait du sens pour le public, c'est un véritable exploit technique", souligne-t-il.

L'inversion comme leitmotiv du film offre des séquences d'action folles, comme celle révélée dans la bande-annonce d'une course-poursuite en voiture où tous les véhicules ne circulent pas dans le même sens. Véritablement au volant pendant une partie de la scène, le comédien britannique n'a pas boudé son plaisir au moment d'appuyer sur l'accélérateur et de foncer "à 130km/h" sur une route estonienne. "Autour de vous, ça se percute, ça explose", s'enthousiasme Robert Pattinson qui compare son expérience à un tour en "montagnes russes". "Je ne peux vraiment pas dire que ce n’était pas fun. C’était vraiment très très excitant", reconnaît-il, un énorme sourire aux lèvres.

Vous savez que Christopher Nolan a chaque petite pièce de ce film dans son esprit d’une manière si précise que vous ne pouvez que lui faire confiance- Elizabeth Debicki

"Pour moi, c'était aussi musclé dans les cascades que dans mon jeu d'actrice", ajoute Elizabeth Debicki qui se trouve à l'arrière de sa propre voiture dans cette "séquence d'action incroyable". La future princesse Diana de Netflix incarne avec conviction Kat, l'ex-épouse revancharde d'un oligarque russe véreux (Kenneth Branagh) qu'elle est bien décidée à faire tomber. À l'image de son personnage qui s'allie au duo Washington-Pattinson, l'actrice australienne s'est abandonnée devant la caméra de son réalisateur. "Vous savez que Christopher Nolan a chaque petite pièce de ce film dans son esprit d’une manière si précise que vous ne pouvez que lui faire confiance. Vous capitulez face à ces scènes très inhabituelles à tourner parce que vous savez qu’il enregistre tout avec son incroyable cerveau, insiste-t-elle. Il sait exactement ce qu’il fait avec tout ça". Le spectateur sans doute un peu moins. Mais c'est aussi la magie du cinéma de Nolan, que résume parfaitement une réplique du film : "Ne cherchez pas à comprendre, ressentez".

Lire aussi

Tenet de Christopher Nolan (2h29)

avec John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Kenneth Branagh

en salles dès le 26 août 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent