Du cinéma à la scène, Hugh Jackman sur tous les fronts en 2019

Sorties
DirectLCI
SHOWMAN - A l'affiche de "The Front Runner" ce mercredi 16 janvier, l'acteur australien partira dans une grande tournée mondiale au printemps pour chanter les plus grands tubes des comédies musicales de Broadway. Car oui, il est aussi à l'aise avec les grilles de Wolverine que derrière un micro.

L'expression "artiste complet" a été inventée pour lui. Qu'il chante, qu'il joue à nous faire peur ou qu'il danse, Hugh Jackman frappe toujours là où ça fait mal. En plein cœur. 2019 sera plus que jamais pour lui l'occasion de montrer qu'il a tout du "Greatest Showman" qu'il incarnait au cinéma l'an dernier. L'acteur australien, fraîchement quinquagénaire, démarre l'année sur grand écran ce mercredi 16 janvier dans un film passionnant qui nous plonge dans le premier scandale sexuel de la vie politique américaine. Dans "The Front Runner", il est Gary Hart, grand favori démocrate pour la présidentielle de 1988 dont la campagne - et la vie - vont basculer en trois petites semaines quand sa relation extra-conjugale est révélée au grand jour.

Le film de Jason Reitman soulève plus de questions qu'il n'apporte de réponses. Mais il offre à Hugh Jackman l'un des plus beaux rôles de sa carrière. "Il m'a fait plus peur que n'importe quel autre. Le poids de jouer quelqu'un qui aurait pu être président, qui était versatile, énigmatique et qui allait voir le film a rendu tout ça très effrayant", raconte-t-il à Variety. Excellent dans la peau du politicien, le comédien a été au centre de premières rumeurs d'une nomination à l'Oscar du meilleur acteur dès la présentation de "The Front Runner" au festival de Telluride en septembre. Mais son nom n'est apparu dans aucune cérémonie de remise de prix pour l'instant, dans l'attente des nominations à la plus prestigieuse de toutes le 22 janvier.

Hugh Jackman avait déjà nommé en 2013 pour l'adaptation cinéma des "Misérables", dans laquelle il jouait Jean Valjean. Un hasard ? Pas vraiment. Car celui que le grand public connaît essentiellement sous les traits de Wolverine dans la franchise "X-Men" a depuis le début de sa carrière alterné entre tournages et théâtre. Dans son Australie natale, il a été Gaston dans la comédie musicale "La Belle et la Bête" en 1995. Il a brillé deux ans plus tard dans "Sunset Boulevard". Il s'est exporté à Broadway en 2003 et a décroché le Tony Award du meilleur acteur dans un musical dès son premier rôle ("The Boy From Oz"). Il présentera d'ailleurs la cérémonie trois ans de suite, donnant des idées aux producteurs des Oscars qui le nomment maître de cérémonie en 2009. Son numéro d'ouverture reste encore aujourd'hui l'un des meilleurs.

Muscu et claquettes

Alors, quoi de mieux que de mêler scène et cinéma ? Hugh Jackman réalisera cette année "un rêve de gosse" en lançant sa première tournée mondiale, qui passera par Paris le 22 mai prochain. "L'homme. La musique. Le show", promet-il en accroche du spectacle qui mêlera chant, danse et storytelling. "J'adore aller à un concert et savoir qu'il s'est passé quelque chose d'unique (...). Je ne vais chanter que mes chansons préférées", extraites des plus grandes comédies musicales de Broadway ainsi que des films "The Greatest Showman" et "Les Misérables", annonçait-il cet automne dans le "Today Show" de NBC. 

Sur scène, Hugh Jackman sera accompagné d'un orchestre live, de choristes et de danseurs. Et il ne lésine pas quand il s'agit de se préparer. Séances intensives de musculation ou de claquettes, il partage sur les réseaux sociaux les coulisses de ses répétitions. De quoi nous donner envie de découvrir ce qu'il va bien pouvoir réserver au public.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter