Couvre-feu : pas d’assouplissement pour les cinémas et théâtres, tranche Jean Castex

Couvre-feu : pas d’assouplissement pour les cinémas et théâtres, tranche Jean Castex

FERMETÉ - En déplacement à Lille à quelques heures de la mise en place du couvre-feu à 21h, le Premier ministre Jean Castex a fermé la porte à un assouplissement de la mesure en faveur des salles de spectacle, comme le plaidait sa ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

Jean Castex a douché ce vendredi les espoirs des patrons de salles de spectacle en annonçant, en marge d’un déplacement dans le Nord de la France, que le gouvernement n’autoriserait aucun aménagement en leur faveur dans la mise en place du couvre-feu qui débute à minuit dans la nuit de vendredi à samedi à Paris et dans huit autres grandes agglomérations françaises.

"Il nous faut des règles très claires et très simples, des règles qui soient les mêmes pour tous. Le couvre-feu c’est à partir de 21 heures. Tout le monde doit être chez soi à 21 heures. Sauf des exceptions précises que j’ai énumérées hier", a rappelé le Premier ministre, évoquant les dérogations accordées aux professionnels de santé, aux forces de l’ordre, aux journalistes, ou pour sortir son chien, acheter des médicaments...

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

La proposition de Roselyne Bachelot pas retenue

"Je suis sûr que tout le monde va s’adapter, y compris le monde de la culture dont je connais les difficultés. Mais pour que des règles soient comprises, pour que des règles soient acceptées, il faut qu’elles soient les mêmes pour tous", a insisté Jean Castex, écartant de fait la proposition de Roselyne Bachelot qui suggérait, dans une interview au Parisien, que le ticket de cinéma puisse autoriser les spectateurs à rentrer chez eux au-delà de 21h. Interrogé ce vendredi matin sur BFMTV, le ministre de l'Economie Bruno Lemaire s'y était dit opposé.

Cette idée avait été émise jeudi par les professionnels du cinéma, inquiets des conséquences économiques de la suppression des séances du soir qui constituent pour certaines jusqu’à 50% de leur chiffre d’affaires. Ils craignaient également que les distributeurs décident de repousser plusieurs grosses sorties dans les semaines à venir, affaiblissant ainsi l’offre des salles.

Lire aussi

Jeudi, la société ARP avait décidé de repousser du 21 octobre au 16 décembre la sortie du film de zombies Peninsula, immense succès en Corée du Sud. Ce vendredi, elle a finalement décider de la maintenir, afin de soutenir les salles. Du côté de la Gaumont, on attendait un éventuel assouplissement du couvre-feu pour décider du sort de films comme Adieu les cons d'Albert Dupontel et Aline de Valérie Lemercier.

"S’agissant du secteur de la culture, nous déploierons tous les moyens pour amortir le choc que cela va représenter pour lui", a insisté Jean Castex. "Je suis sûr que ce secteur va aussi s’adapter à cette règle du jeu". A Paris, le réseau MK2 avait annoncé dès jeudi sa décision d'ouvrir ses salles dès 8h du matin, à tarif réduit, afin de compenser les pertes engendrées par la suppression des séances du soir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... les dates à connaître pour les prochaines semaines

"On sera à 600 morts par jour d'ici quelques semaines" : le cri d'alerte du Pr Jean-François Timsit

EN DIRECT - Covid-19 : le conseil scientifique préconise l'utilisation des autotests à l'école

INFO TF1/LCI - Rentrée scolaire : ce que prévoit le protocole sanitaire à partir de lundi

Rentrée scolaire, frontières, vaccination... de quoi parlera Jean Castex ce jeudi ?

Lire et commenter