"The Little Stranger" : dans un manoir anglais, personne ne vous entendra crier

Sorties
DirectLCI
ON AIME – Quelque part entre Stephen King et James Ivory, "The Little Stranger" plonge le spectateur dans l’atmosphère étouffante d’une demeure en ruines de la campagne anglaise d’après-guerre. En prime, un casting de luxe avec en tête Domhnall Gleeson, échappé de "Star Wars", et Ruth Wilson, la star de la série "The Affair".

"The Little Stranger" commence comme un drame victorien à la James Ivory. Nous sommes en 1946 et le jeune Dr Faraday (Domhnall Gleeson) est convoqué à Hundreds Hall, la demeure champêtre de la famille Ayres où sa mère travaillait lorsqu’il était enfant. Cette bâtisse du XVIIIe siècle fut autrefois le théâtre de fêtes somptueuses. Mais la guerre est passée par là, ne laissant derrière elle qu’un champ de ruines, au sens propre comme au sens figuré.

 

Venu soigner Betty (Liv Hill), la femme de chambre, Faraday fait connaissance avec Roderick (Will Poulter), le fils aîné, défiguré au combat, sa mère Angela (Charlotte Rampling) et sa jeune sœur Caroline (Ruth Wilson) dont il va peu à peu s’éprendre. Mais bien vite, une série d’événements aussi cruels qu’imprévisibles assombrit l'idylle naissante entre ces deux âmes torturées. Et l’intrigue de glisser peu à peu vers le fantastique à la Stephen King sans qu’on s’en aperçoive.

Comme un cauchemar éveillé

Dans "Room", son film précédent tourné aux Etats-Unis, le réalisateur irlandais Lenny Abrahmson mettait en scène une mère et son fils détenus dans le sous-sol de leur tortionnaire. Adaptation du roman de l’écrivain galloise Sarah Waters, "The Little Stranger" plonge le spectateur dans une atmosphère claustrophobe pas si éloignée, même si ici les protagonistes semblent prisonniers de leurs propres névroses et désirs inassouvis.

 

Pour donner corps à ce cauchemar éveillé, Lenny Abrahamson est allé chercher la crème des comédiens "borderline" du moment. Si on n’est pas surpris de retrouver Charlotte Rampling en matriarche déboussolée, le cinéaste a eu la délicieuse idée de faire appel à Ruth Wilson, l’héroïne de la série "The Affair", pour jouer la troublante Caroline. Terrifiant en flic raciste dans le récent "Detroit", Will Poulter cabotine comme il faut dans le rôle du frère maudit.

Ces seconds rôles savoureux gravitent autour de la star de ce divertissement haut de gamme, l’épatant Domhnall Gleeson, échappé de la nouvelle trilogie "Star Wars" pour ce qui constitue la meilleure performance de sa prometteuse carrière. Tout en rage contenue, il dissimule les frustrations de son personnage derrière le masque du gentleman providentiel. Rarement un héros de thriller aura été aussi ambigu. Si, si.


>> "The Little Stranger" de Lenny Abrahamson. Avec Domhnall Gleeson, Ruth Wilson, Will Poulter. En salles mercredi.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter