"Dans un autre monde" : 3 secrets de fabrication découverts dans la série sur "La Reine des neiges 2"

"Dans un autre monde" : 3 secrets de fabrication découverts dans la série sur "La Reine des neiges 2"
Sorties

COULISSES - L’équipe du film d’animation le plus lucratif de tous les temps ouvre les portes de son studio le temps de six épisodes denses mais passionnants, disponibles dès le 26 juin sur Disney+.

Plus de 1,2 milliard de dollars de recettes. Deux Oscars. Et une chanson aussi adorée des enfants que détestée des parents. "La Reine des neiges" est devenu culte dès sa sortie en 2013. De quoi donner à ses créateurs l'envie d'explorer un peu plus loin l'histoire d'Elsa et de sa soeur Anna. 

"Nous pensions avoir fait une conclusion digne d'un conte de fées. Puis un an après environ, toutes les questions qui nous obsédaient sont revenues. Pourquoi Elsa a-t-elle des pouvoirs ? Que va-t-elle faire ? Pourquoi Anna n'en a-t-elle pas ? Où allaient leurs parents ? On s'est rendu compte qu'on avait plus d'histoires à raconter. Je crois que c'est là qu'on s'est jeté dans un autre monde. On ne savait pas du tout où on allait", nous expliquaient Jennifer Lee et Chris Buck  à la sortie de "La Reine des neiges 2" en novembre dernier.

Ce n’était pas effrayant de se replonger dans l'univers. Mais ça l’est devenu de plus en plus au fur et à mesure qu’on avançait- Jennifer Lee, co-réalisatrice de "La Reine des neiges 2"

"Dans un autre monde", c'est le titre très justement choisi d'une série-documentaire s'intéressant aux onze mois qui ont précédé la sortie de cette suite très attendue. Six épisodes de 40 minutes dans lesquels transpirent la pression qui pèse sur les réalisateurs pour être à la hauteur du premier volet et ne pas décevoir les petits fans de la princesse de glace. "Ce n’était pas effrayant de se replonger dans l'univers. Mais ça l’est devenu de plus en plus au fur et à mesure qu’on avançait", commente Jennifer Lee dès le premier épisode, présenté en avant-première cette semaine lors de l’édition online du Festival International du film d’animation d’Annecy.

On apprend ainsi que quand la toute première bande-annonce a été publiée huit mois avant la sortie, la plupart des chansons n'avaient pas encore été écrites et seul un quart de "La Reine des neiges 2" était animé. Les caméras nous emmènent derrière les micros avec les acteurs chargés du doublage original, Idina Menzel, Kristen Bell et Josh Gad. La session d’enregistrement de "Dans un autre monde" en présence d’un orchestre donne des frissons, celle de la chanson de Kristoff  avec Jonathan Groff fait hurler de rire. Element clé du film, la musique l'est encore plus dès sa conception. La preuve avec ces trois anecdotes.

Lire aussi

"Je te cherche" a bien failli ne jamais figurer dans le film

Elle est l'un des tournants du film, le moment où Elsa trouve enfin la voix qui l'appelait pendant tout le film et embrasse pleinement ses pouvoirs. Dès le premier épisode, on comprend que cette chanson ("Show yourself" en VO) "demande encore beaucoup de travail". Ses auteurs et ses réalisateurs se sont écharpés de longs mois sur ce morceau qui a eu du mal à trouver sa place dans le film. Jusqu'à être menacé de la perdre. "Qu'elle est cette voix qui appelle Elsa ?", martèle l'équipe sans parvenir à trouver une solution, retardant d'autant plus l'animation de la séquence.  Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez - oscarisés pour "Libérée, délivrée" - envisagent même d'écrire un tout nouveau titre. Ce n'est qu'après la cinquième projection test - sur six ! - que l'équipe tombe d'accord. La fin des paroles est finalement modifiée. Un travail de longue haleine pour ce qui restera "la chanson la plus difficile à créer des deux films", selon Jennifer Lee.

Le lieutenant Mattias aurait dû avoir sa propre chanson

Si "Je te cherche" a survécu malgré la difficulté, ce n'est pas le cas de "See the sky". Le morceau, qui devait être interprété par le lieutenant Mattias dans la deuxième partie du film, a été supprimé car il compliquait un récit déjà bien dense. "Chaque réécriture rend l'histoire un peu plus forte", souligne Chris Buck qui a dû annoncer la nouvelle à Sterling K. Brown. La star de "This is us" apprend qu'il ne chantera finalement pas pour "La Reine des neiges 2" alors qu'il est dans les studios pour enregistrer ses répliques. "Ma chanson a été coupée. Ce sera peut-être pour le 3", s'amuse-t-il face caméra, révélant qu'il "a chanté pour son audition". Et d'ajouter, d'autant plus fier : "Je suis aux anges d'être le premier personnage animé d'origine africaine dans ce monde".

Un personnage est un hommage au fils décédé du réalisateur

Tout part encore d'une chanson, celle qu'Anna interprète en toute fin de film. "Tout réparer" a été inspirée directement par l'expérience personnelle de l'anxiété et de la dépression de Kristen Bell, qui la double dans la version originale. En larmes pendant l'enregistrement, elle explique que ce titre est "pour tous ceux qui se sentent mal, souffrent et ne savent pas quoi faire". "La seule chose que vous pouvez faire dans ces cas-là, c'est d'y aller étape par étape", assure-t-elle. Des mots qui résonnent particulièrement auprès de Chris Buck, dont le fils Ryder a été tué dans un accident de voiture à l'âge de 23 ans alors que la conception de "La Reine des neiges" touchait à sa fin en 2013. Ryder, c'est le prénom donné à l'un des jeunes habitants de la forêt dans "La Reine des neiges 2". "Jennifer m'a demandé si on pouvait appeler un de nos héros Ryder. J'ai bien sûr dit oui", raconte le réalisateur, qui souligne que "c'est un personnage très positif, très drôle et plein d'espoir". A l'image de son fils.

"Dans un autre monde - dans les coulisses de La Reine des neiges 2"

Six épisodes disponibles dès le 26 juin sur Disney+

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent