"Du miel plein la tête" : une affaire de famille pour Nick Nolte et sa fille Sophia

Sorties
DirectLCI
TEL PÈRE, TELLE FILLE - L'acteur américain revient sur grand écran dans "Du miel plein la tête", un drame teinté de comédie en salles mercredi 20 mars dans lequel il incarne un septuagénaire atteint de la maladie d'Alzheimer. Il y donne la réplique à sa benjamine de 11 ans qui pour son premier rôle au cinéma joue... sa petite-fille.

Ils ont le même regard bleu perçant. Et une complicité à l'écran qui ne se feint pas. Nick Nolte embarque sa fille Sophia Lane Nolte devant la caméra pour un premier rôle pas franchement de composition. Celui de la petite-fille de son père. "Elle m'appelle papi de toute façon. Je lui ai demandé pourquoi et elle m'a dit : 'C'est parce que tu as le double de l'âge des parents de mes copines'", s'amuse l'acteur de 78 ans auprès du New York Post.


 Dans "Du miel dans la tête", en salles mercredi 20 mars, Sophia Lane prête ses traits à Tilda, une boute-en-train qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui n'a qu'une idée en tête : aider son grand-père Amadeus atteint d'Alzheimer à mieux vivre la maladie. Un récit dramatique ponctué de saillies comiques librement inspiré de l'histoire personnelle du réalisateur, l'Allemand Til Schweiger qui signe là le remake hollywoodien de son film "Honig im Kopf" ayant rassemblé plus de 7 millions de spectateurs en Allemagne en 2014.

"Je connais Til depuis un moment", explique Nick Nolte qui a partagé l'affiche du film "Investigating Sex" avec le comédien allemand en 2001. "Quand il a décidé de refaire son film, il est venu me chercher chez moi. A cette époque, je ne savais pas qu'il était aussi réalisateur. J'ai vu certains de ses longs-métrages, ils étaient super en particulier 'Honig im Kopf' alors je lui ai demandé : 'Pourquoi en fais-tu une nouvelle version ? Le premier est presque parfait'. Il m'a répondu qu'il avait besoin que le film soit en anglais donc je lui ai dit : 'Dans ce cas-là, mettons-nous au travail !'", raconte-t-il. 

Il ne voulait pas que sa présence lui mette trop la pressionLe réalisateur Til Schweiger explique que Nick Nolte quittait le plateau chaque fois que sa fille tournait seule

La rencontre se fait au moment de Halloween. Til Schweiger se souvient avoir frappé à la porte et avoir été accueilli par "un petit vampire avec un visage tout blanc ensanglanté, des dents acérées et une cape noir". Il s'agissait de la petite Sophia, ravie de pouvoir lui dire qu'elle avait vu des extraits de son film avec son père. "J'ai adoré, mais là il faut que j'y aille", lui a-t-elle lancé. Un bref entretien qui a agi comme "une révélation" chez le réalisateur. Sa Tilda, ce sera elle et personne d'autre. Mais pour obtenir l'actrice de ses rêves, il lui faudra 4 heures de négociations avec la mère de la fillette, Clytie Lane.

Nick Nolte confie à People avoir été "plutôt surpris" de voir que sa benjamine était intéressée par le cinéma. Et la fillette n'a pas ménagé sa préparation. Avant les premiers claps, Sophia Lane Nolte a été puiser son inspiration dans la version originale. "J'ai quasiment tout appris de Tilda grâce à Emma Scheiwger", qui campait le même personnage. "Mais j'ai aussi apporté un peu de moi, dans la manière de parler notamment", explique-t-elle. Père et fille partagent presque toutes leurs scènes mais dès qu'elle tourne seule, Nick Nolte s'échappe "systématiquement du plateau". "Il ne voulait pas que sa présence lui mette trop la pression", témoigne le réalisateur.

Le duo impressionne par son alchimie, qui est l'une des grandes forces du film. Le jeu de Nick Nolte n'est jamais aussi intense que quand il donne la réplique à sa fille, décrochant quelques larmes aux spectateurs. Des moments qu'il qualifie de "très spéciaux" et qu'il espère pouvoir bientôt reproduire. Avant Sophia, il a aussi partagé plusieurs fois l'écran avec son fils Brawley. "J'ai presque 80 ans et je ne veux pas prendre ma retraite, jamais. Je ne sais pas ce que je ferai", insiste-t-il. Son prochain projet ? "The Mandalorian", la très attendue série Star Wars avec Pedro Pascal. De quoi donner envie de poursuivre sa route à Hollywood.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter