"La fille de Vercingétorix" : qui est Adrénaline, la nouvelle héroïne le 38e album d’Asterix ?

Sorties

ÉVÉNEMENT - Jeudi 24 octobre, les fans d’Astérix font la connaissance d'Adrénaline, l’héroïne du nouvel album autour les aventures du célèbre Gaulois. Une ado rebelle qui devrait donner du fil à retordre à ceux qui croisent son chemin.

Il flotte comme un vent de révolution chez les Gaulois. Jeudi 24 octobre sort dans les librairies "La fille de Vercingétorix", le 38e album d'Astérix. Et pour la première fois, c'est une adolescente qui occupe la vedette de la célèbre BD. La jeune femme se prénomme Adrénaline et, visiblement, elle porte bien son nom. Chevelure rousse, caractère bien trempé (comme son père),  sa longue tresse lui donne de faux airs de Greta Thunberg, la jeune égérie suédoise de la lutte contre le réchauffement climatique... "La jeune adolescente porte l'album comme sans doute aucun personnage féminin ne l'avait fait jusqu'à présent", admet l'éditeur à l'AFP. Depuis 60 ans, année de création de la série par René Goscinny et Albert Uderzo dans le magazine "Pilote", la sortie d'un album d'Astérix est un événement. Édité aux éditions Albert-René (Hachette Livre, groupe Lagardère), l'album bénéficie d'un tirage global de cinq millions d'exemplaires (dont deux millions pour le marché francophone) un record dans le monde de l'édition française.

En France, les lecteurs auront le choix parmi quatre éditions (classique à 9,99 euros, de luxe à 39 euros, en édition Artbook avec cinq ex-libris dont deux signés à 199,95 euros ou en édition numérique à 7,99 euros). A l'étranger, l'album sera également disponible le jour de la sortie dans quinze traductions dont, évidemment, l'allemand. L'Allemagne est, après la France, le pays où Astérix se lit le plus. Chaque album d'Astérix en allemand s'écoule à environ 1,5 million d'exemplaires. 

Lire aussi

Isabelle Magnac, la patronne des éditions Albert-René rappelle que depuis la parution du premier opus d'Astérix, "Astérix le Gaulois", en 1961 un total de 380 millions d'albums se sont vendus dans le monde. Des albums traduits au total dans 111 langues et dialectes. En prévente sur la plateforme Amazon, "La fille de Vercingétorix" était déjà numéro un du classement des meilleures ventes dans la catégorie BD dix jours avant sa sortie. Fidèle à son habitude, l'éditeur s'est pourtant montré avare de détails sur le contenu de ce nouvel album signé comme les trois précédents par le duo Jean-Yves Ferri (au scénario) et Didier Conrad (au dessin).

Les femmes, longtemps absentes de la saga Astérix

Le synopsis dévoilé par l'éditeur est succinct : "Effervescence et chamboulements en perspective ! La fille du célèbre chef gaulois Vercingétorix, traquée par les Romains, trouve refuge dans le village des irréductibles Gaulois, seul endroit dans la Gaule occupée à pouvoir assurer sa protection. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la présence de cette ado pas comme les autres va provoquer moult bouleversements intergénérationnels...". Outre Adrénaline, on sait déjà que deux autres ados seront présents dans l'album : Blinix et Selfix, fils respectivement du poissonnier Ordralfabétix et du forgeron Cétautomatix. "A l’exception de Zaza dans le 'Cadeau de César', il n’y a pas eu d’adolescente dans Astérix. Après 37 titres, il est essentiel de choisir des sujets et des types de personnages peu abordés dans la série", a indiqué Jean-Yves Ferri. 

Mais pourquoi les personnages féminins ont-ils si longtemps été absents des albums d'Astérix ? "C’est pas vraiment lié à Astérix, c’est lié à la BD des années 1960-1970", tempère Didier Conrad. "En général, poursuit-il, il n’y avait pratiquement jamais de personnage féminin pour des raisons purement stratégiques parce qu’il n’y avait pas beaucoup de filles qui lisaient (des bandes dessinées), ou en tout cas ça ne se savait pas, si elles en lisaient". "Je pense qu’Adrénaline est certes dans l’air du temps, mais qu’elle est surtout en adéquation avec l’esprit de l’œuvre, avec l’humour, avec les aventures d’Astérix en général, et c’est presque un personnage que mon père aurait pu inventer", a estimé de son côté Anne Goscinny, la fille de René Goscinny, lors de la présentation de l'ouvrage au siège d'Hachette Livre. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter