Envie d’offrir un livre à Noël ? Le Prix Goncourt 2018 Nicolas Mathieu vous donne ses coups de cœur

Sorties

CONSEILS - C’est le cadeau de Noël idéal… A condition de bien choisir. Prix Goncourt 2018 avec "Leurs Enfants Après Eux" (Actes Sud), Nicolas Mathieu livre à LCI ses romans cultes et ses coups de cœur du moment.

Le Prix Goncourt ? C’est bien souvent le livre le plus offert à l’approche des fêtes de Noël. N’hésitez donc pas à découvrir – ou faire découvrir – le lauréat 2018, "Leurs enfants après eux" de Nicolas Mathieu, publié chez Actes Sud. Par sa fibre sociale, sa tendresse et sa sensualité aussi, cette chronique de l’adolescence, dans la France des années 1990, marque l’avènement d’un auteur qui a pris son temps pour trouver sa voix. Ecrivain passionnant et lecteur passionné, il a livré à LCI quelques petits conseils de lecture à l’approche des fêtes…

"Champion" de Maria Pourchet

Le pitch : Fabien, adolescent subversif et railleur, écrit d'un centre de repos où il poursuit une thérapie inédite : il doit raconter en détail les événements qui l'y ont conduit. Il ne pourra sortir que s'il y parvient. 

L’avis de Nicolas Mathieu : "C’est une auteure pour laquelle je sonne le tocsin depuis plusieurs mois parce que c’est tellement formidable ce qu’elle fait. Champion est un grand roman comique "à la Salinger". C’est très rare de rire en lisant un livre. Et là vous êtes dans votre lit, et vous réveillez votre femme tellement vous vous marrez ! Dans une veine complètement différente elle a publié à la rentrée "Toutes les femmes sauf une", sur le matrilignage. Ce que les femmes font aux femmes de mère en fille. Quand on est auteur, c’est le genre de livre qui vous bouscule. A la fin je me suis agenouillé en me disant "P…. quel bouquin !".

"La nausée" de Jean-Paul Sartre

Le pitch : A Bouville, le jeune Antoine Roquentin tient son journal de l’année 1932. Ou La Nausée, son combat permanent contre le réel et l'angoisse qui l'accable alors qu’il observe le monde et s'interroge sur son sens.

L’avis de Nicolas Mathieu : "Je l’ai lu en 4e, lorsque j’avais 14 ans. J’avais un pote à l’époque qui s’appelait Jean-Nic, qui faisait du skate, et qui était très en avance sur moi. Il connaissait bien la peinture, les cubistes. Il m’avait dit ‘tu vas voir, c’est génial’. Peut-être que j’ai aimé ce livre pour lui plaire, pour qu’on soit pote ! Cette espèce de déprime, de poisse, de sentiment des jours sans fin. Je l’avais lu au mois de novembre à Epinal et ça me correspondait bien. Ça m’a fait comprendre aussi que les livres, ce n’était pas que du divertissement. Qu’il s’y jouait aussi quelque chose de plus dangereux."

Voir aussi

"L’Hiver du Mécontentement" de Thomas R. Reverdy

Le pitch : L’Hiver du mécontentement, c’est ainsi que le journal le Sun qualifia l’hiver 1978-1979, où des grèves monstrueuses paralysèrent la Grande-Bretagne. Ce sont aussi les premiers mots que prononce Richard III dans la pièce de Shakespeare. Ce personnage, la jeune Candice va le jouer, dans une mise en scène exclusivement féminine. 

L’avis de Nicolas Mathieu : "J’aime l’élan, le passage de la petite à la grande histoire à travers les années Thatcher. C’est aussi plein de musique, avec une préférence pour le punk. C’est un roman qui va vite. Et puis c'est quelqu'un que j'aime bien. Pendant le Goncourt des lycéens, j’ai eu des moments très difficiles. Certains m’ont renvoyé des trucs assez désagréables sur mon roman. Parce que ça avait heurté leur pudeur, parce qu’ils estimaient que c’était cliché. Ils me reprochaient la noirceur. Et Thomas s’est révélé très bon camarade."

"Tous les chevaux du roi" de Michèle Bernstein

Le pitch : Les aventures de Gilles et Geneviève, leurs errances, leurs rencontres, leurs discussions, leurs amours caractéristiques de la jeunesse la plus libre des années 1950.

L’avis de Nicolas Mathieu : "C’est un roman que j’achète beaucoup, et que j’offre beaucoup. C’est exercice au style saganesque sur un triangle amoureux qui aurait Guy Debord, dont Michèle Bernstein était l'épouse, pour sommet. C’est un livre formidable d’intelligence, de vivacité, de cruauté. C’est très très bon, plein d’esprit, et ça parle d’un Paris magnifique, aussi."

Lire et commenter