Fontaine, la sculpture "pissante" qui débarque à Nantes, est-elle la version féministe du Manneken-Pis ?

Fontaine, la sculpture "pissante" qui débarque à Nantes, est-elle la version féministe du Manneken-Pis ?
Sorties

INSOLITE - Les fontaines de la place Royale de Nantes accueilleront cet été une sculpture présentée comme la réponse féministe au Manneken-Pis, la célèbre statuette en bronze très prisée des touristes bruxellois. Mais elle n’est pas tout à fait la première…

Joie du déconfinement, l’édition 2020 du "Voyage à Nantes", longtemps menacée par la pandémie de coronavirus, se déroulera du 8 août au 27 septembre prochain. Lancé en 2012, ce parcours artistique permet aux habitants et aux touristes de (re)découvrir la ville à travers une série d’installations contemporaines disséminées dans l’espace public.

 C’est dans ce cadre que les fontaines de la place Royale, en centre-ville accueilleront une sculpture sobrement baptisée "Fontaine". Œuvre de l’artiste française Elsa Sahal, elle a été installée pour la première fois lors de la Fiac 2012, dans le Jardin des Tuileries à Paris. On a également pu la voir à l'Hôtel Dieu à Toulouse et à la Maison Rouge à Paris.

Cette œuvre en grès de 3 mètres de haut, imaginée par l’artiste Elsa Sahal, est constituée d’un assemblage de coraux, d’oursins et de coquillages au-dessus desquels trône deux jambes… et un sexe féminin qui se soulage dans le bassin en contrebas.

"C’est une figure pissante, dont le titre est un pied de nez à l’urinoir de Marcel Duchamp", explique Elsa Sahal sur le site de manifestation. "Dans le flux continu du jet d’urine, il y avait l’idée que les petites filles aussi peuvent pisser dru, loin, et continûment (…) Il y avait un caractère manifeste dans cette sculpture qui est peut-être la plus narrative, la plus bavarde et la plus féministe que j’ai pu faire."

Interrogée par Ouest-France, Marie Dupas, chargée de programmation de l’événement, voit en "Fontaine"une réponse féministe au Manneken-pis de Bruxelles". Vraiment ?

Point de passage incontournable pour les touristes dans la capitale belge, le Manneken-pis représente un petit garçon en bronze en train d’uriner. La sculpture actuelle, qui mesure 58 cm, a été crée dans sa forme actuelle en 1619 par le sculpteur Jérôme Duquesnoy l'Ancien.   

Figure du patrimoine local, elle s'inspire de plusieurs légendes locales, donc celle d'un petit garçon qui faute de trouver un seau d'eau, aurait uriné sur les mèches d'un assaillant qui voulait faire sauter les murs de la ville. De manière générale, elle symbolise le sens de l'humour et l'esprit frondeur des belges.

Reste que son pendant féminin existe déjà. Baptisée Jeanneke Pies, cette statue de 50 cm est située entre les numéros 10 et 12 de la rue Fidélité. 

Représentant une petite fille en train d’uriner, elle a été créée en 1985 par l’artiste Denis-Adrien Debouvrie qui souhaitait rétablir la parité hommes-femmes dans les rues de la ville. D’après la légende, elle symbolise la fidélité, laquelle se mesure à l’aune des sommes jetées dans la fontaine.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent