Lady Gaga en larmes, un hommage à Satan et une loufoque demande en mariage : ce qu'il ne fallait pas rater des Golden Globes 2019

Sorties
DirectLCI
RÉCAP' - Première grande cérémonie de l'année à Hollywood, les Golden Globes ont récompensé les films et séries coups de coeur de la presse étrangère installée aux Etats-Unis. Un long show de 3h30 animé de main de maître par le duo Sandra Oh et Andy Samberg dont LCI vous a sélectionné dix temps forts.

C'est le rendez-vous incontournable des amoureux du grand et du petit écran. A peine la nouvelle année entamée, le tout Hollywood se retrouve au prestigieux Beverly Hilton pour celle que l'on surnomme "l'antichambre des Oscars". La cérémonie des Golden Globes, qui s'est déroulée dimanche 6 janvier à Los Angeles, a sacré des évidences et offert quelques surprises à son palmarès 2019. La 76e édition de cette remise des prix était diffusée en direct à la télévision américaine. Un show de 3h30 animée par le tonitruant duo Sandra Oh ("Grey's Anatomy", "Killing Eve") et Andy Samberg ("Brooklyn Nine-Nine") que LCI a décortiqué pour vous. Morceaux choisis.

Jim Carrey tape l'incruste

Les premières minutes d'une cérémonie de remise de prix sont cruciales. Surtout pour ses hôtes. La lourde tâche de faire rire un Hollywood marqué par l'affaire Weinstein est revenue cette année à Sandra Oh et Andy Samberg, dont l'alchimie a eu un peu de mal au démarrage. Le duo a tenté quelques vannes sur certains des artistes présents, avec un tempo malheureusement trop marqué par la vitesse de leur prompteur. Leur monologue d'ouverture a passé la seconde en intégrant Jim Carrey, installé au milieu des acteurs de cinéma alors qu'il était nommé pour une série. Invitée à s'asseoir quelques tables plus loin, la star de "Kidding" a fait le show. Offrant à Twitter une large quantité de mèmes à réutiliser tout au long de l'année. 


On retiendra également la dernière intervention de Sandra Oh, lors de laquelle elle n'a pu contenir son émotion. "J'ai voulu être là ce soir pour regarder ce public et être témoin de ce moment de changement. Je ne me leurre pas. L'année prochaine pourrait être différente et elle le sera probablement, mais là maintenant, ce moment est vrai. Croyez-moi, c'est vrai parce que je te vois, et je te vois aussi, tous ces visages du changement. Et maintenant, tout le monde le verra aussi", a-t-elle déclaré, louant la diversité parmi la liste des nommés cette année, marquée par la présence de "Black Panther" et "Crazy Rich Asians".

Wakanda Forever

Premier super-héros noir de l'ère Marvel, "Black Panther" est devenu le troisième film le plus rentable de l'histoire des Etats-Unis. Un succès public et critique qui a valu au long-métrage trois nominations aux Golden Globes, dont une dans la catégorie "meilleur film dramatique". Invités à le présenter sur scène, quatre des acteurs du film ont défendu haut et fort les couleurs du Wakanda. "Wakanda forever !", "le Wakanda pour toujours", ont ainsi lancé Chadwick Boseman, Danai Gurira, Lupita Nyong'o et Michael B. Jordan, les bras en croix sur la poitrine. Une séquence pour l'Histoire.

Piqûre anti-grippe pour tout le monde !

Ellen DeGeneres a fait livrer des pizzas aux Oscars, Jimmy Kimmel a lui entraîné des acteurs dans la salle de cinéma d'à côté en pleine cérémonie. Sandra Oh et Andy Samberg ont poursuivi cette tradition des happenings en organisant une séance de vaccination anti-grippe pour tout le monde. "Vous savez que vous portez une robe sans manche pour une raison", s'est amusée l'actrice canadienne. D'autres dans la salle ont moins goûté à la blague. Il suffit de voir la tête du comédien Willem Defoe au moment où une infirmière s'approche de lui pour comprendre qu'il aurait sans doute préféré recevoir une part de pizza. L'histoire ne dit pas s'il fait partie des heureux invités à avoir été ravitaillé en sandwiches dans la plus grande discrétion par l'actrice Melissa McCarthy.

La promesse de Regina King pour plus d’égalité entre les femmes et les hommes

Sacrée meilleure actrice dans un second rôle pour "Si Beale Street pouvait parler", Regina King a profité des quelques minutes allouées aux lauréats après leur victoire pour livrer un discours de remerciements très politique. L'actrice américaine, vue dans les séries "American Crime" et "The Leftovers", a ainsi promis de s'assurer que "tout ce qu'elle produira dans les deux prochaines années emploiera 50% de femmes". "J'en fais le serment et ça va être difficile", a-t-elle martelé, sous les applaudissements de la salle. "Je défie celles et ceux en position de pouvoir, pas seulement dans notre industrie mais dans toutes les industries. Je vous défie d'agir avec nous en solidarité et de faire de même", a-t-elle ajouté.

L’apparition surprise de Taylor Swift et les larmes de Lady Gaga

Des tweets de journalistes en coulisses avaient annoncé la présence de Taylor Swift aux Golden Globes. La chanteuse américaine n'était pas seulement venue accompagner son petit ami, le comédien Joe Alwyn au casting de "La Favorite". Elle est apparue, sans crier gare, aux bras d'Idris Elba pour remettre le prix de la meilleure musique originale à Justin Hurwitz pour "First Man" puis celui de la meilleure chanson originale pour "Shallow", extraite de "A Star Is Born". L'occasion de voir réunies sur scènes deux icônes de la musique mondiale, une Lady Gaga en larmes tombant dans les bras de sa collègue au moment de recevoir son trophée.

La fierté des parents de Sandra Oh

Rares sont les présentateurs nommés à repartir avec le trophée en poche. Pas franchement convaincue au moment de l'annonce de sa catégorie - meilleure actrice dans une série dramatique - Sandra Oh a d'abord esquissé une grimace. Puis hurlé de joie au moment d'entendre son nom. Sacrée pour sa formidable prestation dans "Killing Eve", l'actrice canadienne s'est finalement fait voler la vedette par ses parents, présents dans la salle. Internet n'avait d'yeux que pour ceux qui applaudissaient fièrement leur fille. Le moment cute de la soirée.

La demande en mariage de Maya Rudolph à Amy Poehler

Vous aviez adoré la co-animation Tina Fey-Amy Poehler ? Alors vous adorerez cette séquence entre Amy Poehler et Maya Rudolph. Les deux anciennes pensionnaires du "Saturday Night Live" sont venues avec leur humour décapant donner un coup de boost à la cérémonie. La seconde a mimé une demande en mariage auprès de la seconde, bague en main. Chers organisateurs des Oscars, ne cherchez plus. On vient de trouver les candidates idéales pour remplacer Kevin Hart à la présentation du show le mois prochain.

Satan Superstar

Les discours de remerciements ne sont souvent pas très originaux. Une pensée pour son agent, un mot pour ses collègues et des bisous pour ses parents. Rien de bien fou. On salue donc Christian Bale, Olivia Colman et Jeff Bridges pour leurs prises de parole hors du cadre. La star de "Batman", sacrée pour "Vice", a ainsi remercié "Satan de lui avoir donné l'inspiration pour jouer le rôle" de l'ancien vice-président Dick Cheney. Olivia Colman, récompensée pour "La Favorite", a elle remercié "ses connasses" Emma Stone et Rachel Weisz, tout en louant les petits sandwiches qu'on lui a apportés un peu plus tôt (sans doute un coup de Melissa McCarthy). Quant à Jeff Bridges, il s'est lancé dans un discours qualifié de "farfelu" par le Washington Post. Six minutes pas toujours compréhensibles, à base de métaphores sur les bateaux, qui ont laissé les spectateurs plutôt sceptiques.

La surprise de Glenn Close

"Et le Golden Globe est attribué à... Lady Gaga". Voilà la phrase qu'on s'attendait tous à entendre au moment de récompenser la meilleure actrice dans un film dramatique. Sauf que voilà, la Mother Monster, encensée pour sa prestation dans "A Star Is Born" de Bradley Cooper, s'est fait doubler dans la dernière ligne droite par une Glenn Close plus que surprise. Il n'a fallu que quelques minutes aux réseaux sociaux pour partager le GIF de sa réaction en apprenant sa victoire pour son rôle dans "The Wife". C'est en larmes et toute tremblante que l'actrice est venue récupérer son trophée, rendant un vibrant hommage à sa mère et invitant les femmes à "s'épanouir personnellement et suivre leurs rêves". Sur Twitter, Lady Gaga s'est montré fair-play, affirmant qu'elle ne "pouvait pas être plus heureuse pour Glenn Close". "C'est une vraie légende et elle mérite tous les prix", a-t-elle tweeté.

"Merci, Freddie Mercury"

C'est le rôle d'une vie. Le rôle de sa vie. Ultra-favori, Rami Malek est reparti avec le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour sa réincarnation presque parfaite de Freddie Mercury dans "Bohemian Rhapsody". Toute l'équipe du film a eu droit à sa séquence remerciements. "Et bien sûr, Queen",  a-t-il poursuivi, pointant du doigt Brian May et Roger Taylor, assis devant lui. Ses derniers mots ont été pour celui qu'il a incarné. "Merci de m'avoir donné la joie de toute une vie. Je t'adore, tu es un homme merveilleux. Tout ça, c'est pour et à cause de toi beauté", a-t-il conclu en mimant un baiser face caméra. Le show devrait continuer pour lui jusqu'aux Oscars où il aura fort à faire face à Christian Bale.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter