Grenouille, erreur de traduction et Macarena : les super-héros de "X-Men : Dark Phoenix" ont fait le show à Paris

Sorties
MADE IN HOLLYWOOD - Jessica Chastain, Sophie Turner, Michael Fassbender et leur réalisateur Simon Kinberg ont fait une halte par la France vendredi 26 avril pour promouvoir le dernier volet de la saga "X-Men", qui sortira le 5 juin. LCI a assisté à leur conférence de presse, qui a offert des moments plutôt savoureux.

Les fans les plus matinaux avaient reçu le mémo. Ils étaient une petite dizaine à attendre devant le Musée de l'homme, près du Trocadéro, pour espérer décrocher une photo, un autographe ou un simple sourire de la joyeuse bande des X-Men, venus en force à Paris vendredi 26 avril pour promouvoir un film que le public français ne pourra découvrir que le 5 juin au cinéma. 


La presse est à peine plus chanceuse puisqu'elle a dû se contenter de trois longues scènes pour avoir un avant-goût de "Dark Phoenix", le quatrième volet de la nouvelle génération de ces super-héros Marvel, portés par Michael Fassbender dans le rôle de Magneto et James McAvoy dans celui de Charles Xavier.

Si le premier est arrivé souriant caché derrière ses lunettes de soleil, le second, "souffrant", est resté au chaud. L'acteur écossais a préféré annuler sa présence à la conférence de presse à laquelle participaient également le réalisateur Simon Kinberg, le producteur Hutch Parker, la nouvelle venue dans le monde merveilleux des super-héros Jessica Chastain et la star de "Game of Thrones" Sophie Turner, dont le personnage Jean Grey est au cœur de ce long-métrage.

Après une séance photo obligatoire devant le décor le plus "carte postale" possible de Paris, a.k.a. la tour Eiffel, le club des cinq  a pris place devant la presse pour parler de ce film que personne n'a donc encore vu. Mais dont la bande-annonce dévoile beaucoup, contrairement aux Avengers qui ont maintenu le secret du scénario jusqu'au bout. Simon Kinberg voulait "raconter une histoire dont il est tombé amoureux petit en lisant les comics", celle d'un personnage qui commence à perdre le contrôle de son esprit et de ses pouvoirs, et la manière dont cela affecte les gens dans son entourage. "La question centrale c'est 'quand quelqu'un que vous aimez commence à perdre le contrôle, jusqu'à quel point vous arrêtez d'essayer de le sauver pour simplement essayer de l'arrêter ?'", explique-t-il.

J'aime votre traduction. Je n'ai jamais eu la chance d'être une garce surnaturelleJessica Chastain

Il estime que son film - "le plus humain de la saga selon lui" - se devait d'être "intime, personnel et brut pour ressentir cette lutte", louant "les super pouvoirs" de ses acteurs face à la caméra. 


"Beaucoup de mes scènes étaient avec Sophie et j'ai été scotché par sa précision et sa capacité à incarner les émotions. Dans ce genre de films, vous avez tendance à faire beaucoup de prises pour avoir des angles différents et elle répondait toujours présente, prise après prise. J'ai été très impressionné", commente de son côté Michael Fassbender à propos de la jeune actrice anglaise de 23 ans qui a répondu à tant de compliments avec humour. "Je l'ai évidemment payé pour dire tout ça", s'amuse-t-elle.

L'un des nombreux éclats de rires que l'équipe du film déclenchera dans la salle. Michael Fassbender étonne en racontant son meilleur souvenir sur le tournage : "les grenouilles". "J'ai commencé une petite colonie près de l'étang, je les adore (...). Mais je ne les ai pas mangées", relate l'acteur nord-irlandais, qui incarne Magneto depuis 2011. Un clin d’œil aux Français et au surnom "Frogs" dont les affublent les Britanniques ? Peut-être. Jessica Chastain, qui joue pour la première fois un super-héros, a elle beaucoup ri d'une erreur de traduction la faisant passer d'"être" (being) à "garce" (bitch). "J'aime votre traduction. Je n'ai jamais eu la chance d'être une garce surnaturelle", lance-t-elle avec humour à l'animatrice de la conférence de presse qui avait mal saisi sa phrase.

Ce n'est pas la conclusion de la saga. C'est le point culminant, le climaxLe réalisateur Simon Kinberg sur "X-Men : Dark Phoenix"

"Je veux travailler dans tous les genres et c'est quelque chose que je n'avais pas encore fait", dit-elle plus sérieusement pour justifier de sa présence au casting de ce blockbuster. Elle évoque aussi "le groupe incroyable de gens et d'amis avec qui elle voulait collaborer", dont James McAvoy avec qui elle a déjà tourné "The Disappearance of Eleanor Rigby" en 2013 et avec qui elle vient de finir "Ça, chapitre II". Alors forcément entre deux prises, elle a joué des tours à son collègue. C'est le réalisateur qui le raconte : "Avec Sophie, elle a demandé aux techniciens qui s'occupaient des câbles rattachés aux acteurs de faire danser la Macarena à James. Et ils ont mis la chanson en fond sonore".

"Le film est très sérieux et là, c'était un moment qui l'était moins et sans doute mon préféré", ajoute Simon Kinberg, qui ne voit pas "X-Men : Dark Phoenix" comme une conclusion de la saga. "C'est le point culminant, le climax", assure-t-il. Quid de l'avenir des X-Men alors que la franchise vient d'être rachetée par Disney, qui détient déjà les droits des Avengers ? Le temps étant compté, nous n'avons pas pu poser notre question. Mais le voile sera très rapidement levé sur les films Marvel à venir. Et sur une possible réunion à l'écran de tous ces héros.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter