"Ils ne s’étaient jamais perdus de vue" : comment le duo Bruel-Luchini s'est reformé pour "Le meilleur reste à venir"

"Ils ne s’étaient jamais perdus de vue" : comment le duo Bruel-Luchini s'est reformé pour "Le meilleur reste à venir"
Sorties

RETROUVAILLES - Plus de 30 ans après "P.R.O.F.S.", Patrick Bruel et Fabrice Luchini se donnent la réplique dans "Le Meilleur reste à venir", en salles le 4 décembre. Une comédie dramatique écrite et réalisée par les auteurs du "Prénom", ravis de réunir ces deux "monstres" du cinéma français.

Tôt ou tard, ces deux-là devaient refaire un film ensemble. En 1985, les jeunes Patrick Bruel et Fabrice Luchini triomphaient en enseignants plutôt rock n’roll dans "P.R.O.F.S.", la comédie irrévérencieuse de Patrick Schulmann saluée par plus de 2,8 millions de spectateurs. Par la suite, chacun tracera sa route, dans des registres parfois radicalement différents, sur scène comme à l’écran.

C’est un autre duo qui va avoir la bonne idée de la réunir. Sept ans après avoir adapté "Le Prénom", leur pièce à succès,  Alexandre de La Patellière et Mathieu Delaporte écrivent  "Le meilleur reste  à venir", l’histoire d’Arthur (Fabrice Luchini) et César (Patrick Bruel), amis inséparables depuis l’enfance. Suite à un terrible quiproquo, le premier apprend que le second souffre d’un cancer incurable. Plutôt que de lui dire la vérité, il fait croire que c’est lui qui va mourir…

Voir aussi

"On ne pense jamais à des acteurs quand on écrit", avoue Mathieu Delaporte à LCI. "C’est seulement au moment de commencer à faire le film qu’on se demande qui va pouvoir incarner les personnages. Avec Mathieu, on a fait des listes et on est rapidement tombé sur l’idée de Patrick et Fabrice. On ne voulait pas d’une paire que le public avait déjà vue plusieurs fois. Celle-ci, les gens l’ont vu, mais il y a très longtemps. Patrick et Fabrice sont l’un et l’autre à nos côtés depuis 30 ans et c’était parfait parce que le film raconte l’histoire de deux hommes qui sont comme des frères."

Si le duo de réalisateurs connaît Patrick Bruel par cœur puisqu’il a joué le premier rôle du "Prénom", au théâtre puis au cinéma, il n’avait jamais travaillé avec Fabrice Luchini. Dès la première lecture du scénario, ils seront rassurés, si besoin était, par l’alchimie intacte entre les deux acteurs. "Je pense qu’ils se sont beaucoup aimés quand ils ont tournés Profs", estime Alexandre de La Patellière. "Leur différence extrême les a rapprochés et ils ne s’étaient jamais perdus de vue. Ce n’était pas des amis. Mais il y avait ce lien entre eux."

Voir aussi

Une impression vite confirmée sur le plateau. "Ce sont deux monstres, mais pas des ogres", assure Mathieu Delaporte. "Ils ne se font pas d’ombre parce qu’ils n’évoluent pas sous le même soleil. Ils ont un point commun : ce sont deux perfectionnistes bienveillants. Ils ne se nourrissent pas de la tension, de la médiocrité ou de la bagarre. Hors caméra, ils étaient tout le temps fourrés l’un avec l’autre, jamais dans leur loge !". Le public sera-t-il au rendez-vous de ces drôles de retrouvailles ? Réponse le 4 décembre prochain…

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter