VIDÉO - Le Kestuf' d'Anaïs Demoustier : "Je doute toujours beaucoup avec ce métier"

Description du sujet digitial
Sorties

CINÉMA – Dans "La Fille au bracelet", en salles ce mercredi 12 février, elle incarne une avocate générale véhémente face à une jeune fille accusée de meurtre. Un rôle à contre-emploi dans lequel Anaïs Demoustier s'est glissée avec plaisir, comme elle le raconte à LCI.

C'est la première fois qu'on la voit dans un rôle aussi dur. Anaïs Demoustier est à l'affiche le 12 février de "La Fille au bracelet", le film réalisé par son frère Stéphane. Emmené par Roschdy Zem et Chiara Mastroianni, le long-métrage nous plonge avec réalisme au cœur du procès de Lise (Mélissa Guers, épatante), une jeune fille accusée d'avoir tué sa meilleure amie. Si ses parents sont convaincus de son innocence, l'avocate générale - incarnée par Anaïs Demoustier - est elle persuadée  du contraire. Un personnage pas très aimable que la comédienne a pris plaisir à jouer. "J'ai eu beaucoup de rôles qui jouaient sur quelque chose de lumineux, de doux et de timide. Là, j'incarne une jeune femme dont la fonction est de porter l'accusation, ce qu'elle fait avec beaucoup de véhémence. (...) Je n'avais jamais joué ça, et j'ai découvert que c'était très agréable", s'amuse Anaïs Demoustier. 

Haletant de bout en bout, "La Fille au bracelet" met le spectateur dans la peau d'un juré à la recherche d'une vérité qui semble constamment lui échapper. "Ce qui est passionnant avec ce film, c'est qu'il permet de vivre l'expérience d'un procès qui remet en question notre croyance sur l'intime conviction. (…) Quand il n'y a pas de preuves irréfutables, le doute persiste toujours", poursuit la comédienne qui admet avoir une passion pour les émissions télé comme "Faites entrer l'accusé".  "Après je dors mal parce que j'ai peur que quelqu'un rentre chez moi et me tue !", admet-elle, avant de poursuivre : "Mais je trouve que les faits divers, c'est passionnant car ça raconte une sorte de sauvagerie animale chez l'homme. En plus, ça existe dans tous les milieux sociaux". 

Lire aussi

Elle tourne pour la première fois sous la direction de son frère

Mais au fait, ça fait quoi de tourner sous la direction de son frère ? "Il y a un double effet", reconnaît la jeune femme âgée de 32 ans. "D'un côté, je me sentais en confiance et portée par sa présence. Le revers de la médaille, c'est que ça met la pression aussi et que je n'avais pas du tout envie de le décevoir !", admet Anaïs Demoustier qui est nommée pour le César de la meilleure actrice le 28 février prochain pour son rôle dans "Alice et le maire". "Le film a fait plus de 700.000 entrées, c'est génial car il y a enfin une sorte de cohérence entre mes goûts, mes choix et le public. Les César c'est la cerise sur le gâteau. Je suis ravie d'y être parce que je doute toujours beaucoup avec ce métier".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent