Le "Roi Lion" en images de synthèse : un bijou visuel qui joue avec nos souvenirs

Sorties
ON ADORE - Dans la version 2019 du "Roi Lion", sur les écrans ce mercredi, le réalisateur Jon Favreau livre une réinterprétation à l'animation bluffante qui nous ferait presque croire à un documentaire animalier. Tout en s'appuyant sur les ressorts du matériel d'origine, du récit aux chansons. Une jolie réussite qui aura l'effet d'une machine à remonter le temps sur les fans du dessin animé sorti en 1994.

Pourquoi ? Pourquoi refaire à l'identique un film qui a marqué toute une génération ? Cette question, on se l'est posée lorsque Disney a annoncé sa volonté de sortir une nouvelle version du dessin animé "Le Roi Lion". La perplexité a laissé place à la surprise, celle de retrouver son regard d'enfant dès les premières secondes d'un long-métrage qui laissera sans mal sa trace dans le paysage cinématographique. Parce qu'il offre une expérience visuelle époustouflante, sans jamais dénaturer le récit initial.


Jon Favreau ("Iron Man", "Le Livre de la jungle") nous plonge sur la Terre des lions avec une animation si réaliste qu'on pourrait se croire dans un documentaire animalier si les bêtes à l'écran ne parlaient pas. Pas de motion capture ici mais le résultat de l'union des technologies de prises de vue réelles et de réalité virtuelle qui donne vie au jeune lion Simba, découvert par le public pour la première fois il y a 25 ans.

"Le Roi Lion" de 2019, en salles mercredi 17 juillet, reprend scène par scène, plan par plan, celui de 1994. L'histoire -a-t-on vraiment besoin de la rappeler ?- se déroule comme dans nos souvenirs et l'on sait donc à quoi s'attendre, mais qu'importe. L'ensemble fonctionne et nous emporte, telle une madeleine de Proust qui fait remonter ces passages du film qu'on croyait avoir oubliés. On tremble à l'approche de la mort de Mufasa, on s'enthousiasme sur "Hakuna Matata" et on frissonne lors du combat final entre Simba et Scar. L'émotion est bien là, portée par un respect strict du matériel d'origine, à commencer par les chansons.

Timon et Pumbaa, un duo hilarant qui insuffle une bonne dose d'humour à un film plus sombre que le dessin animé d'origine

Jon Favreau n'a pas commis la même erreur que la version live de "La Belle et la Bête", qui avait modifié les paroles les plus emblématiques des chansons, et livre sur un plateau les morceaux composés par Elton John et Tim Rice. "L'histoire de la vie", "Je voudrais déjà être roi", "Soyez prêtes"... Ils sont tous là, accompagnés de l'inédit - mais dispensable - "Spirit" signé Beyoncé. La chanteuse américaine prête sa voix à Nala dans la version originale que LCI a pu découvrir en projection. Sa version de "Can You Feel The Love Tonight" ("L'amour brille sous les étoiles" en VF) avait beaucoup trop de vibes pour nous convaincre.

Dommage, car l'ensemble du casting voix est excellent. On aimerait saluer le génie de celui ou celle qui a confié au Britannique John Oliver, présentateur du talk-show "Last Week Tonight", le rôle de Zazu, et à Seth Rogen et Billy Eichner, ceux de Pumbaa et Timon. Ne cherchez pas : les vraies stars du film, ce sont eux. Le déluré binôme est hilarant et insuffle une dose d'humour bienvenue dans ce "Roi Lion" plus sombre que son prédécesseur. Le défi a été lancé aux humoristes Jamel Debbouze et Alban Ivanov en VF. Il conviendra sans doute aux plus jeunes d'attendre un peu avant de découvrir ce film qui nous a laissés rêveurs. Et surtout envahis d'une nostalgie heureuse qu'on aimerait conserver tout l'été. 

"Quel personnage Disney vous correspond ?" Faites le test avec LCI en cliquant ICI

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter