Mais de quoi parlera "Sérotonine", le nouveau roman de Michel Houellebecq ?

Sorties
COMEBACK - Quatre ans après le controversé "Soumission", Michel Houellebecq publiera son nouveau roman le 4 janvier prochain. Si on connaît son titre, "Sérotonine", son sujet restera tenu secret jusqu’au 27 décembre. Mystère.

Michel Houellebecq is back. Enfin presque. "Sérotonine", le nouveau roman de l’un des écrivains les plus controversés – et admirés – de sa génération, paraîtra le 4 janvier prochain. Nombre de pages ? 347 exactement. Pour connaître son sujet, en revanche, il faudra encore patienter.


La maison d’édition Flammarion demande en effet aux médias de respecter un embargo total sur le contenu du livre jusqu’à la date du jeudi 27 décembre. L’auteur de "La carte et le territoire", prix Goncourt 2010, y révèle-t-il que le père Noël n’existe pas ? Prévoit-il un happening dans les rues du XIIIe arrondissement où il s’est marié, en septembre dernier ? A moins qu’il ait vendu une exclu à un confrère…

L'hormone du bonheur... et de la dépression

Pour se faire une idée de l’intrigue de ce nouveau roman, direction les sites médicaux où on apprend que la sérotonine, découverte en 1946 par le pharmacologue italien Vittorio Erspamer, est surnommée "l’hormone du bonheur". Présente en grande partie dans la muqueuse gastro-intestinale, on la trouve également dans le cerveau.


D’où son implication déterminante dans des fonctions physiologiques comme le sommeil, l’agressivité ou la dépression. Michel Houellebecq a-t-il décidé de nous convier à un cours de  biologie ? C’est peu probable. Mais sa sortie sera, quoi qu’il arrive, l’un des premiers grands événements littéraires de 2019.

Accusé d'islamophobie après "Soumission"

On se rappelle que "Soumission", son précédent roman, était paru le 7 janvier 2015, le jour de l’attentat de "Charlie Hebdo". Ce récit d'anticipation, qui faisait polémique avant même sa parution, décrivait un futur proche dans lequel un président de la République issu d’un parti politique musulman est élu en 2022.


Placé sous protection policière, l'écrivain allait en interrompre la promotion après le drame, laissant les autres parler de son travail à sa place.  Dans "Le Monde", son confrère Emmanuel Carrère y avait vu "un roman d’une extraordinaire consistance romanesque" qui fait de lui l'égal de George Orwell et Aldous Huxley, tandis que Christine Angot estimait elle que "Soumission est un roman qui salit celui qui le lit. Ce n’est pas un tract, mais un graffiti. Merde à celui qui le lira."

Quelques semaines plus tard, Michel Houellebecq réagissait aux accusations d’islamophobie dans une interview accordée à "La Vie". "J’ai lu le Coran pour écrire ce roman. Je l’avais simplement feuilleté auparavant. La question était aussi pour moi d’évaluer son degré de dangerosité. J’en suis ressorti plutôt rassuré", expliquait l'écrivain.

"Sérotonine" contiendra-t-il matière à polémique ? A voir. Fin novembre, l’écrivain affirmait sur RTL qu’il ne donnerait aucune interview pour sa sortie. "Ce que je dis n'a en général que peu d'intérêt, c'est de la vraie modestie", assurait-il. "C'est juste que je ne suis pas très content quand je relis mes interviews, je ne trouve pas ça terrible."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter