"Mektoub My Love" : l’acteur Shaïn Boumedine défend les méthodes de tournage d’Abdellatif Kechiche

Sorties

Toute L'info sur

Festival de Cannes 2019

MISE AU POINT - Il est le personnage principal de la trilogie "Mektoub My Love", dont le deuxième volet a fait polémique sur la Croisette. Juré du Festival du film romantique de Cabourg, l’acteur Shaïn Boumedine est revenu pour "Premiere" sur son expérience de tournage avec le réalisateur Abdellatif Kechiche.

S’il est rentré bredouille de son séjour sur la Croisette, Abdellatif Kechiche y a provoqué LE scandale du 72e Festival de Cannes. "Mektoub my love : Intermezzo", deuxième volet d’une trilogie librement inspirée d’un roman de François Bégaudeau, a suscité de vives réactions de la part d’une partie du public. En raison de sa durée – près de 3h30 – mais surtout d’une scène de sexe explicite entre deux de ses comédiens, Ophélie Bau et Roméo De La Tour. Le départ de la première en pleine projection officielle est à l’origine de multiples spéculations, notamment au sujet des méthodes de travail du cinéaste.


Membre du jury du festival du film romantique de Cabourg, le week-end dernier, l’acteur Shaïn Boumdedine a accepté d’aborder le sujet avec nos confrères de "Premiere". "On a signé pour un scénario  qu’on a découvert, qu’on a décortiqué ensemble, qu’on a modifié ensemble. Qu’on a amélioré ensemble", a expliqué celui qui incarne Amin, le personnage principal, écartant leur idée que l’auteur de "La vie d’Adèle" ait imposé quoi que ce soit à ses jeunes comédiens, novices pour certains.

Je pense qu’on a fait notre travail au mieux et que ce sont les choix du réalisateur de monter certaines choses, de monter d’une manière ou d’une autreShaïne Boumedine

"On écoute les directives d’Abdellatif, on sait qu’il place sa caméra à un endroit pour capter quelque chose mais on sait que ça se passe aussi derrière donc on essaie de rester concentré, de rester dans nos personnages. Et de jouer. Et on fait et refait selon ses indications", raconte Shaïn Boumedine. "C’est épuisant parce que c’est un peu plus long que les tournages qu’on a l’habitude de faire. Et qu’on se donne corps et âme pour faire quelque chose de bien."


Le comédien assure qu’il gardera un bon souvenir de son séjour sur la Croisette, en dépit des polémiques. "On savait qu’il y allait avoir des avis négatifs, d’autres positifs. Comme sur tous ses films, comme sur la première partie de Mektoub My Love", rappelle-t-il. "Je pense qu’on a fait notre travail au mieux et que ce sont les choix du réalisateur de monter certaines choses, de monter d’une manière ou d’une autre. On n’a pas notre mot à dire là-dessus. Je ne peux pas parler au nom de mes collègues mais je n’ai pas été affecté par quoi que ce soit."

Ces propos contrastent avec ceux d’une source anonyme, citée fin mai par le quotidien "Midi Libre". "Le réalisateur a fait rejouer pendant des heures et des heures les scènes de la discothèque, épuisant tous les acteurs, et le tournage se prolongeait très tard dans la nuit", affirmait-elle. "Il voulait absolument arriver à avoir une scène de sexe non simulée, ce à quoi les acteurs n’étaient pas disposés. Mais à force d’insister, au fil des heures et alors que de l’alcool était régulièrement consommé sur place, il a réussi à obtenir ce qu’il voulait."


Distribué par Pathé, "Mektoub My Love" n’a toujours pas de date de sortie. Et nulle ne sait, pour l'heure, si le cinéaste en proposera un montage différent. Quid de la scène de sexe qui dérange ? Début juin, l’association Stop au Porno a annoncé son intention de lancer une action en justice pour empêcher l’accès du film aux mineurs de moins de 18 ans. "Nous voulons faire pression en amont sur Kechiche pour qu'il comprenne qu'il risque gros", a expliqué à LCI son président, François Billot de Lochne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter