Moins de glace, plus d'aventures : "La Reine des Neiges" signe un retour aussi surprenant que féerique

Moins de glace, plus d'aventures : "La Reine des Neiges" signe un retour aussi surprenant que féerique
Sorties

ON ADORE - Les soeurs Elsa et Anna quittent Arendelle pour une épique quête visuellement sublime aux chansons toujours aussi entêtantes. Émouvante et drôle, "La Reine des neiges 2" questionne le rapport aux autres, à soi et à la nature. Une belle réussite à découvrir en salles dès le 20 novembre.

Six ans déjà que "Libérée, délivrée" tourne en boucle. Six ans que "La Reine des neiges" a envahi les rayons de jouets et les esprits des enfants avec ses princesses au caractère bien trempé et au courage sans limite. Dire que la suite des aventures d'Elsa et Anna était attendue est un doux euphémisme. 

Que les plus craintifs se rassurent, ce deuxième volet est bien plus réussi que le précédent dont il reprend les savoureux ingrédients. Un récit proche du conte, des héroïnes plus déterminées que jamais et une bande-son à rendre fous les uns et ravir les autres. 

Les réalisateurs Chris Buck et Jennifer Lee ont eu la bonne idée de quitter Arendelle pour éviter de nous faire tourner en rond. La sauvegarde du royaume en danger sert de point de départ à une quête à la fois épique et personnelle qui emmène les deux soeurs sur les traces de leurs parents disparus en mer. La fine équipe, toujours composée de Kristoff, Sven et de l'irrésistible Olaf, va tenter de trouver les réponses à ses questions au milieu d'une forêt enchantée aux milles secrets. Oubliez la neige, cette "Reine des neiges 2" en est presque dépourvue. 

Olaf : la vraie star du film, c'est lui

"C'est 'La Reine des neiges 2' de l'automne", s'est exclamée la fillette installée derrière nous lors de la projection. Le blanc impérial cède sa place aux chaudes couleurs des feuilles mortes, participant au régal visuel que nous procure le long métrage. L'animation est remarquable et certaines scènes impressionnent dans le détail. Comme son prédécesseur, "La Reine des neiges 2" cherche à passer de nombreux messages. Peut-être un peu trop. Les axes du scénario sont nombreux et certaines thématiques forcément moins abouties que les autres.

Lire aussi

Mais l'ensemble séduit sans aucun plaisir coupable. Le bonheur dans la salle est entièrement assumé. On pleure un peu, on rit beaucoup. Car si la reine a perdu sa neige, elle a gagné en humour. La faute à un Olaf devenu presque philosophe qui enchaîne les répliques hilarantes sans même s'en rendre compte. La vraie star du film, c'est lui. On confesse aussi notre énorme coup de coeur pour Kristoff qui a droit à sa propre chanson, façon balade ringarde des années 80. Et puis il y a cet air qu'on entend tout au long du film, marque du refrain de l'entraînant "Dans un autre monde" qui devrait devenir le nouveau cauchemar des parents. Vous vous croyez délivré ? Que nenni. Nouvelle avalanche prévue au cinéma dès le 20 novembre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter