Mort de Toni Morrison, prix Nobel qui a donné une voix à la communauté noire dans la littérature américaine

Mort de Toni Morrison, prix Nobel qui a donné une voix à la communauté noire dans la littérature américaine
Sorties

DISPARITION - Grande romancière aux multiples prix, Toni Morrison est décédée lundi 5 août à l'âge de 88 ans. Descendante d'une famille d'esclaves, elle a donné une visibilité littéraire aux Afro-américains avec des histoires encensées par la critique et le public.

Barack Obama l'avait qualifiée de "l'une des conteuses les plus distinguées de notre nation" au moment de lui remettre la médaille présidentielle de la liberté, plus haute distinction civile aux Etats-Unis qu'avaient reçue avant elle Rosa Parks et Martin Luther King (à titre posthume). Il l'a qualifiée de "trésor national" après avoir appris sa disparition. La grande romancière américaine Toni Morrison est décédée le 5 août à l'âge de 88 ans, emportant avec elle des centaines d'autres belles histoires.  

Elle s'est éteinte "paisiblement la nuit dernière, entourée de sa famille et de ses amis", a rapporté un communiqué de ses proches, qui évoque une courte maladie. Brillante universitaire, elle a écrit 11 romans  sur une période couvrant six décennies, mais également des essais, des livres pour enfants, deux pièces de théâtre et même un livret d'opéra. Elle a également été critique littéraire et éditrice.

Etre une écrivaine noire ne limite pas mon imagination, ça l'étend. C'est plus riche que d'être un écrivain blanc parce que je connais plus et j'ai plus d'expérience- Toni Morrison

Descendante d'une famille d'esclaves et première femme afro-américaine à décrocher le prix Nobel de littérature en 1993, Toni Morrison était surtout célèbre pour avoir donné une visibilité littéraire aux Noirs. Mais elle se moquait bien des "étiquettes" qu'on pouvait lui accoler. "Je peux accepter les étiquettes - les adjectifs comme 'noir' et 'féminine' qui sont souvent attachées à mon travail - parce qu'être une écrivaine noire n'est pas une place superficielle mais une place riche à partir de laquelle écrire. Cela ne limite pas mon imagination, ça l'étend. C'est plus riche que d'être un écrivain blanc parce que je connais plus et j'ai plus d'expérience", martelait-elle dans une interview au New Yorker en 2003.

Née Chloe Ardelia Wofford dans l'Ohio en 1931, ce n'est qu'à l'âge de 12 ans qu'elle choisit Anthony comme prénom de baptême au moment d'entrer dans l'église catholique. Anthony qui deviendra tout simplement Toni. Le Washington Post dit d'elle qu'elle a "métamorphosé la littérature américaine". Toni Morrison a exploré toute l'histoire des Noirs américains depuis leur mise en esclavage jusqu'à leur émancipation dans la société américaine actuelle. "Ses récits et sa prose captivante ont laissé une empreinte indélébile sur notre culture", a réagi Sonny Mehta, président de la maison d'édition Knopf.

Le prix Pulitzer avec "Beloved", son chef d'oeuvre sorti en 1987

L'histoire retiendra notamment ses romans L'Oeil le plus bleu (1970), Sula (1973) et Le Chant de Salomon (1977), comparé par beaucoup à Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez. Sa renommée internationale a grandi avec Beloved, "son chef d'oeuvre" selon le New York Times. Un roman sorti en 1987 ancré dans le 19e siècle qui suit le parcours de Sethe, une jeune esclave, et qui lui a valu le prix Pulitzer en 1988. Juste au moment où 48 écrivains noirs, dont Maya Angelou, Alice Walker et Ernest J. Gaines, se sont plaints dans une lettre ouverte du fait que leur collègue n'ait encore jamais reçu de distinction nationale pour son oeuvre. Le roman a été adapté au cinéma en 1998 avec Oprah Winfrey dans le rôle-titre.

Les hommages se sont multipliés à l'annonce de sa disparition. L'ancienne ministre Christiane Taubira a eu une pensée pour elle sur Twitter. "Chère Toni Morrison, j'entends encore votre rire sublime quand vous déclarez que personne ne décrit comme vous les scènes d'amour. Et c'est vrai ! C'est d'abord ce que vous nous avez offert : un tel amour pour nous-mêmes que vous nous avez rendus capables d'aimer le monde", a-t-elle écrit.

Femme de lettres, Toni Morrison était également une "mère, grand-mère et tante extrêmement dévouée, qui adorait être en compagnie de sa famille et de ses amis", a rappelé le communiqué familial.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter