Porno ou pas porno ? Que va devenir "Mektoub My Love : Intermezzo", le sulfureux film d’Abdellatif Kechiche ?

Sorties

Toute L'info sur

Festival de Cannes 2019

COUP DE PROJECTEUR - Après avoir fait scandale au 72e Festival de Cannes, "Mektoub My Love : Intermezzo" attend toujours une date de sortie. Et rien ne dit que le film d’Abdellatif Kechiche, dans le collimateur d'une association anti-porno, arrivera en salles dans la version présentée sur la Croisette. Explications.

Deux semaines après sa présentation à Cannes, le flou le plus total entoure "Mektoub My Love : Intermezzo", le dernier film d’Abdellatif Kechiche. D’après nos informations, Pathé son distributeur, serait toujours en attente d’une version définitive de cette fresque charnelle qui a profondément divisé les festivaliers. Et son auteur ne serait visiblement pas pressé de rendre sa copie.


Rappel des faits. D’une durée annoncée de 4 heures, le film a été présenté le 24 mai dernier sur la Croisette dans une version de 3h28. 14 minutes, en particulier, ont concentré une majorité des critiques : on y voyait le comédien Roméo De Lacour pratiquer un cunnilingus sur sa partenaire, Ophélie Bau, dans les toilettes de la boîte de nuit où se déroule l’essentiel de l’action.

Ancienne Miss Besançon, novice au cinéma, la jeune femme avait déjà tourné une scène érotique très explicite dans "Mektoub My Love : Canto Uno", premier volet de la trilogie annoncée, sorti au printemps 2018. A-t-elle été surprise par le réalisme de cette nouvelle séquence ? Craignait-elle le regard et les commentaires du public BCBG du Palais des Festivals ? Toujours est-il qu’elle a disparu en pleine séance et qu’on ne l’a jamais revue depuis.

Interrogé le lendemain lors d’une conférence de presse pour le moins tendue, Abdellatif Kechiche refusera sèchement d’évoquer cette absence, tout comme les coulisses du tournage. Face aux journalistes interloqués, il invitera ses jeunes comédiens à en faire de même, laissant la porte ouverte à toutes les spéculations. Contactés par LCI,  ni l’attaché de presse du film, ni l’agent de l’actrice n’ont jusqu’ici accepté d’évoquer le sujet.

Il voulait absolument arriver à avoir une scène de sexe non simulée, ce à quoi les acteurs n’étaient pas disposésUn témoin anonyme du tournage, interrogé par Midi-Libre

Le cinéaste aurait-il dépassé les bornes ? C’est ce que laissait entendre le 27 mai un témoin du tournage qui s’est déroulé à La Dune, une boîte de nuit de La Grande-Motte. "Le réalisateur a fait rejouer pendant des heures et des heures les scènes de la discothèque, épuisant tous les acteurs, et le tournage se prolongeait très tard dans la nuit", a raconté cette source anonyme au quotidien Midi-Libre


"Il voulait absolument arriver à avoir une scène de sexe non simulée, ce à quoi les acteurs n’étaient pas disposés. Mais à force d’insister, au fil des heures et alors que de l’alcool était régulièrement consommé sur place, il a réussi à obtenir ce qu’il voulait."


Les principaux intéressés se refusant à tout commentaire, difficile de démêler le vrai du faux. Mais le maintien de cette séquence, en l’état ou non, pourrait avoir de sérieuses conséquences sur l’avenir du film. On imagine mal Abdellatif Kechiche la supprimer, tant elle s’inscrit dans le parcours intime du personnage d’Ophélie. La réduire ? Pourquoi pas. Qu’elle dure 5, 10 ou 15 minutes, c’est sa nature même qui pourrait, à terme, poser problème pour son exploitation en salles.

En début de semaine, une association baptisée "Stop au porno" a en effet annoncé son intention de lancer une action en justice pour empêcher l’accès du film aux mineurs de moins de 18 ans. Une démarche qui peut sembler prématurée puisque la commission de la classification des films du CNC pourrait encore patienter quelques temps avant de visionner le montage final du film. 


"Nous voulons faire pression en amont sur Kechiche pour qu'il comprenne qu'il risque gros", explique à LCI le président de Stop au porno, François Billot de Lochner, qui envisage de porter l'affaire au pénal au cas où le film ne serait pas remanié d'ici sa sortie. "Je ne souhaite pas qu'il aille en prison mais une condamnation financière nous irait très bien", ajoute-t-il, dénonçant un cinéaste dont les méthodes de travail porteraient, selon lui, "atteinte à la dignité de la personne".


Reste que tôt ou tard, les membres de la commission de classification devront se prononcer sur ce fameux cunnilingus. Simulé ou non, seuls ses deux protagonistes le savent. S’il écopait d’une interdiction aux moins de 18 ans, "Mektoub my love : Intermezzo" verrait sa carrière en salles sérieusement compromise. Encore plus si elle est accompagnée du classement X, relatif aux œuvres pornographiques.

Je n’ai jamais pensé que mon film pouvait être vu par des gamins de 12 ans, et je déconseille personnellement à ma fille de le voir avant qu’elle ait 14 ou 15 ansAbdellatif Kechiche en 2015 dans "Le Monde", à propos de "La vie d'Adèle"

On en est encore loin, même si le cinéma hyper-réaliste de Kechiche joue toujours avec les limites. L’an dernier, "Mektoub my love : Canto Uno" avait été classé "tous publics" malgré sa séquence d'ouverture très coquine. Mais en 2013, "La vie d’Adèle" avait écopé d’une interdiction aux mineurs de moins de 12 ans avec avertissement, en raison de plusieurs scènes de sexe explicites, mais simulée, entre Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux.

En septembre 2014, l’association Promouvoir, proche des milieux catholiques traditionalistes, avait obtenu le réexamen du visa de la Palme d’or devant la cour administrative d’appel. Une action purement symbolique puisque le film, qui avait attiré plus d’1 millions de spectateurs en salles, n’était plus à l’affiche.

Interrogé à l’époque par Le Monde, Abdellatif Kechiche avait surpris ses admirateurs en estimant cette décision "plutôt saine". "Je n’ai jamais pensé que mon film pouvait être vu par des gamins de 12 ans, et je déconseille personnellement à ma fille de le voir avant qu’elle ait 14 ou 15 ans", avait-il déclaré. La décision de la Cour d’appel avait toutefois été cassée quelques mois plus tard par le Conseil d’Etat, après un recours déposé par le ministère de la Culture.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter