Qui est Austin Butler, l'acteur qui incarnera le King dans le biopic d'Elvis Presley ?

Sorties
PORTRAIT - Habitué du petit écran aux Etats-Unis, le Californien de 27 ans s'est attiré les faveurs du réalisateur Baz Luhrmann, qui lui a confié le premier rôle du biopic qu'il prépare sur le King.

Il compte plus de 2 millions d'abonnés sur Instagram et fait rêver la presse people aux bras de l'ex-star de "High School Musical" Vanessa Hudgens, sa compagne depuis huit ans. Mais Austin Butler est un discret. Au point que la surprise a été grande quand Baz Luhrmann a annoncé l'avoir choisi pour donner vie à Elvis Presley dans le biopic qu'il prépare sur le King.


Une nouvelle dévoilée par un simple tweet, agrémenté d'une photo du comédien de 27 ans et d'une autre du chanteur suivi d'un communiqué, relayé par The Hollywood Reporter. "Je savais que je ne pourrais pas faire ce film si le casting n'était pas absolument juste et nous avons cherché minutieusement un acteur capable de rappeler le mouvement naturel et les qualités vocales de cette star incomparable, mais aussi la vulnérabilité intérieure de l'artiste", y explique le réalisateur de "Moulin Rouge" et de "The Great Gatsby".

Austin Butler a remporté sa bataille à distance avec des noms plus célèbres que le sien, de Harry Styles des One Direction en passant par Ansel Elgort (le futur Tony du remake de "West Side Story" de Steven Spielberg) et Miles Teller ("Whiplash"). "J'avais entendu parler d'Austin Butler avec son rôle remarquable face à Denzel Washington dans la pièce 'Le marchand de glace est passé' à Broadway", raconte le cinéaste australien, qui "a su sans équivoque qu'il pourrait incarner l'esprit de l'une des figures musicales les plus iconiques du monde" après moult tests à l'écran et répétitions en musique. 

Il sera à l'affiche du prochain Tarantino

Austin Butler n'a pas toujours eu cette banane brune qui fait de lui le sosie parfait du King. Né en août 1991 à Anaheim en Californie, il a 13 ans et est blond comme les blés quand il est repéré par un agent qui lui met le pied à l'étrier. Il démarre par un épisode de la série Disney "Hannah Montana" avec Miley Cyrus en 2006 puis enchaîne avec les shows pour ados "Ned ou comment survivre aux études", "Zoé" (avec Jamie Lynn, la soeur de Britney Spears) et "Ruby & the Rockits". 


Son physique de jeune premier le cantonne dans le même type de rôle, celui du beau gosse un peu rebelle qui fait craquer l'héroïne. Omniprésent sur le petit écran, il devient le petit ami de fiction que les jeunes ados idéalisent dans les séries "Life Unexpected", "Switched" et "The Carries Diaries", le prequel de "Sex and the City". Il a ensuite été au casting de la série fantastique "Les Chroniques de Shannara", dans laquelle il joue un demi-elfe. 

Sa propre magie a fini par intéresser le grand écran. Après avoir tourné avec Johnny Depp dans "Yoga Hosers" (2016), il est cette année à l'affiche de "The Dead Don't Die" de Jim Jarmusch et de "Once Upon a Time... in Hollywood" de Quentin Tarantino. Fan du comédien oscarisé Daniel Day-Lewis, c'est avec une phrase de "Love Me Tender" qu'il a partagé l'annonce de son casting dans la peau d'Elvis Presley. En interview, il est d'un calme olympien. Comme s'il semblait presque s'excuser d'être là. En 2013, il revenait pour Cosmopolitan sur sa période difficile.

"J'étais rebelle et j'étais une épave. J'étais heureux puis déprimé puis j'ai compris que mon état mental dépendait des sentiments que je m'autorisais à avoir dans la tête. La dépression et l'anxiété ne peuvent pas te rester en tête si tu cultives la joie et l'inspiration. Donc maintenant chaque matin, je sors faire une marche et je fais la liste de tout ce pour quoi je suis reconnaissant. Et ça me rend heureux", disait-il au magazine. L'année suivante, il utilisait les réseaux sociaux pour faire part du décès de sa mère Lori. Il n'a tweeté que deux fois en deux ans et utilise Instagram avec parcimonie. Pour vivre heureux, vivons cachés. Un adage qui lui a plutôt réussi jusque-là, mais que son premier rôle chez l'un des cinéastes les plus brillants de Hollywood risque de chambouler.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter