Retrouvé par hasard dans un grenier 400 ans après, un tableau du Caravage pourrait se vendre 150 millions d'euros

Sorties

Toute L'info sur

LE WE 20H

TROUVAILLE - Un tableau attribué au maître italien Caravage, et découvert par hasard dans un grenier de Toulouse en 2014, va être mis aux enchères. Si la mise a prix a été fixée à 30 millions d'euros, selon les experts, le tableau pourrait en réalité se vendre entre 120 et 150 millions d'euros, ce qui en ferait la vente de l'année en France.

Les faits remontent à 2014. Un Toulousain découvre dans un grenier, sous des vieux matelas, une toile signée Caravage, l'un des plus grands peintres italiens. Cinq ans après sa découverte, la peinture va connaître une nouvelle vie : elle va être vendue aux enchères le 27 juin prochain, à Toulouse. Une vente exceptionnelle, puisqu'à date, on ne répertorie que 65 tableaux de l'artiste. 


Le public de Drouot, à Paris, a eu 24 heures vendredi pour venir contempler le tableau, intitulé "Judith et Holopherne" de Toulouse. La toile, réalisée en 1607, représente Judith qui décapite Holopherne avec un couteau. Avant sa découverte en 2014, cela faisait 400 ans que l'oeuvre avait mystérieusement disparu. 


La toile ne rejoindra pas les collections françaises. Après l'avoir classée trésor national, empêchant sa vente à l'étranger jusqu'en novembre 2018, l'Etat français a laissé s'écouler le délai au cours duquel il pouvait l'acquérir.

Si la plupart des experts y voient la main du grand maître du clair-obscur, d'autres émettent des doutes, y voyant une copie du peintre flamand Louis Finson (1580-1617) qui a peint plusieurs toiles dans le style caravagesque. Le manque de certitude sur son authenticité ou sa valeur, alors que le budget des musées nationaux est réduit, a pu jouer dans la décision de l'Etat français de ne pas se porter acquéreur.


Si la mise a prix a été fixée à 30 millions d'euros, selon les experts, le tableau pourrait en réalité se vendre entre 120 et 150 millions d'euros, ce qui en ferait la vente de l'année en France. 


Et le tableau devrait vite trouver preneur : selon les experts, plusieurs musées s'intéressent à ce tableau aux Etats-Unis, ainsi que des collectionneurs privés en Europe.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter