Reverra-t-on un film Disney au cinéma ?

Reverra-t-on un film Disney au cinéma ?

AVENIR TROUBLE - La firme aux grandes oreilles a annoncé, mi-octobre, qu’elle se restructurait pour mettre l’accent sur le streaming. De quoi s’interroger sur les prochaines sorties à venir, comme le film d’animation "Raya et le dernier dragon" qui pourrait bien être basculé directement sur Disney+ comme les très attendus "Mulan" et "Soul".

Son générique a marqué la première expérience au cinéma de millions d’enfants. Mais le château de conte de fées surmonté d’un rayon blanc, symbole des films Walt Disney Pictures depuis près de 40 ans, pourrait bien ne plus apparaître sur grand écran. 

En cause ? Un changement total de stratégie au sein du groupe Disney. La firme aux grandes oreilles a annoncé, lundi 12 octobre, avoir restructuré ses branches médias et divertissements pour n’en faire plus qu’une. Objectif : faire du streaming, dont sa plateforme Disney+ (la seule du groupe disponible en France), sa priorité.

Des annonces cruciales le 10 décembre

Interrogé par CNBC, le patron de Disney Bob Chapek a martelé qu’il ne s’agissait pas là d’une "réponse au Covid" mais a expliqué que "le Covid avait accéléré le rythme d’une transition qui se serait produite de toute façon". Des chamboulements internes qui ont déjà des répercussions sur la manière dont le public a accès aux productions Disney. Depuis le début de la pandémie, le groupe s’est fait plus que discret aux côtés des salles de cinéma. Propriétaire de Marvel, Lucasfilm et 20th Century Studios, il a décalé en chaîne les sorties de ses films à plus gros budget. Jungle Cruise avec Dwayne Johnson et Emily Blunt (juillet 2021), Eternals avec Angelina Jolie (novembre 2021) ou encore le West Side Story de Steven Spielberg (décembre 2021) ont été repoussés d’un an sur leur calendrier initial.

D’autres ont directement été proposés sur Disney+ dans les pays où la plateforme est disponible, sans passer par la case cinéma. L’adaptation live de Mulan a essuyé les plâtres d’un modèle économique que Disney ne semble pas vouloir reproduire. Aux Etats-Unis, le film de Niki Caro a d'abord été proposé à 29,99 dollars en plus de l'abonnement mensuel. Mais c'est sans frais supplémentaires qu'il sera disponible en France dès le 4 décembre. Idem pour Soul, déjà qualifié de meilleur film d'animation Pixar par les chanceux critiques qui ont pu le voir. Les 57,5 millions d'abonnés à Disney+ dans le monde pourront le découvrir le jour de Noël.

Lire aussi

Raya et le dernier dragon suivra-t-il le même chemin ? Prévu pour le 31 mars en France, le nouveau projet signé Disney Animations a dévoilé sa première bande-annonce la semaine dernière avec une ultime image annonçant "prochainement au cinéma". Une prudence compréhensible alors que la situation sanitaire est plus que jamais incertaine. Si la déception est grande pour les spectateurs de se voir priver de telles oeuvres sur grand écran, les investisseurs eux s'en frottent les mains. L'action Disney a grimpé de 5% à Wall Street dans les heures suivant l'annonce de la restructuration du groupe. Et certains d'entre eux souhaitent aller plus loin.

Dans une lettre publiée par Variety, l'investisseur Dan Loeb invite l'entreprise à sortir directement sur Disney+ d'autres Pixar ainsi que des Marvel. Il évoque avec insistance Black Widow, le film centré sur le personnage incarné par Scarlett Johansson dans la saga Avengers dont la sortie a déjà été  reporté deux fois avant d'être fixée au 7 mai 2021. Au cinéma ou dans notre salon ? La décision de sortir les prochains films Disney en salles ou en streaming revient désormais à la nouvelle branche tout juste créée. 

Bob Chapek a rappelé que le pouvoir était entre les mains des "consommateurs". "Actuellement, ils votent avec leurs portefeuilles et ils votent très fortement en faveur de Disney+. Nous voulons nous assurer d'emprunter la voie que les consommateurs veulent emprunter", a-t-il martelé sur CNBC, en affirmant que plus de détails seraient annoncés le 10 décembre à l'issue de la prochaine conférence d'investisseurs du groupe. Stop ou encore ? C'est là que devrait se jouer l'avenir de Disney au cinéma.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Lire et commenter