"Shining", la suite : qu'est devenu l'enfant qui jouait Danny, le fils de Jack Nicholson ?

Sorties
FLASHBACK - Il avait à peine 5 ans lorsqu’il a joué dans "Shining", le classique de Stanley Kubrick. Danny Lloyd, le comédien qui incarnait le fils de Jack Nicholson à l’écran, a réagi à la mise en ligne de la bande-annonce de "Doctor Sleep", la suite attendue sur nos écrans le 30 octobre prochain.

C’est l’un des films les plus terrifiants de l’histoire du cinéma. Depuis sa sortie en 1980, plusieurs générations de cinéphiles ont tremblé devant "Shining", l’adaptation du roman de Stephen King par Stanley Kubrick. Dans le rôle de Jack Torrance, un écrivain alcoolique, sombrant dans la folie entre les murs du mythique Hôtel Overlook, Jack Nicholson y livre l’une des performances les plus époustouflantes de sa carrière. Si Shelley Duvall, la comédienne qui interprétait Wendy, son épouse, a continué à tourner pendant plusieurs années, le petit garçon qui jouait Danny, l’enfant du couple, a presque totalement disparu des radars.


Aujourd’hui professeur de biologie dans un collège du Kentucky, Danny Lloyd, 47 ans, a découvert comme des millions de fans à travers le monde la bande-annonce de "Doctor Sleep", la suite de "Shining", d’après le roman paru en 2013. C’est Ewan McGregor qui prête ses traits à Danny qui, adulte, utilise ses pouvoirs psychiques pour soulager les patients d’un hospice. Derrière la caméra, on trouve Mike Flanagan, l’auteur de la série à succès "The Haunting of Hill House", diffusée sur Netflix.

Mes enfants ont regardé "Shining" sur Netflix… et ils se sont moqués de ma coupe de cheveux !Danny Lloyd

"Ça a l’air très bien", a réagi Danny Lloyd, contacté par The Hollywood Reporter. "J’étais curieux car il fallait marcher sur le fil étroit entre Stephen King et Stanley Kubrick, et on dirait qu’ils sont parvenus à trouver une manière de rendre hommage aux deux. J’irai le jour où ça sort !". Un exercice d’autant plus périlleux que l’écrivain n’a jamais été fan de "Shining", allant jusqu'à superviser une nouvelle adaptation qui a donné lieu à un téléfilm dispensable, dans les années 1990. 


Du tournage de l’un des chefs d’œuvre de l’histoire du cinéma, Danny Lloyd ne conserve, lui, que des bons souvenirs. Il avait quatre ans lorsque son père, employé des chemins de fer dans l’Illinois, entendit une annonce de casting à la radio pour le prochain film de Stanley Kubrick. Cinq auditions et douze mois plus tard, on l'appelle à la maison pour lui annoncer qu’il a décroché le rôle. Le cinéaste dira plus tard qu’il avait été impressionné par la capacité de concentration du petit garçon.

Dans un portrait réalisé en 2017 par The Guardian, Danny Lloyd se souvenait de Stanley Kubrick, décédé en 1999 à l'âge de 70 ans, comme d’un "grand bonhomme avec une barbe" avec lequel il jouait à la balle entre les prises. "Je ne me rappelle pas avoir été effrayé ou intimidé d’aucune manière", ajoutait-il, le cinéaste l'ayant tenu à l’écart du plateau lorsque les scènes les plus effrayantes étaient filmées.


La légende veut toutefois qu’il se soit retrouvé par hasard sur le plateau le jour où Jack Nicholson défonce à coup de hache la porte de la salle de bains où Wendy s’est réfugiée. "Il était dans le couloir avec la hache", se souvenait Danny Lloyd. "Je pensais qu’elle était en plastique. J’étais avec mes parents et on a rigolé. Ça ne faisait pas peur du tout." Shelley Duvall, elle, ne s’en est jamais remise, le cinéaste lui faisant retourner la scène en question pas moins de 127 fois...

Après un petit rôle dans un téléfilm deux ans plus tard, Danny Lloyd abandonnera lui l’idée de faire carrière au cinéma. Aujourd'hui, il préfère rester discret sur cet épisode de son passé avec ses élèves. "Les plus jeunes ne sont pas au courant et c’est très bien comme ça. Mais de temps en temps, il arrive que l’un d’entre eux fasse une réflexion". Ses quatre enfants, en revanche, ont déjà vu le film de Kubrick. "Ils l’ont regardé sur Netflix… et ils se sont moqués de ma coupe de cheveux !".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter