Stefano Accorsi dans "Le Défi du champion" : "Je n'ai pas vécu énormément d'excès dans ma jeunesse"

Stefano Accorsi dans "Le Défi du champion" : "Je n'ai pas vécu énormément d'excès dans ma jeunesse"
Sorties

INTERVIEW – Dans "Le Défi du champion", Stefano Accorsi incarne un professeur solitaire et fauché qui accepte d'aider un jeune champion de foot arrogant à passer son bac. Une belle réflexion sur l'éducation.

On l'avait découvert dans Juste un baiser, de Gabriele Muccino en 2001  Depuis, Stefano Accorsi s'est construit une belle carrière entre l'Italie et la France, son pays de cœur. "J'adore parler français même si mon accent embarrasse ma fille !" nous glisse le comédien dans un français parfait à l'accent chantonnant. S'il ne peut plus jouer les jeunes premiers romantiques, à
49 ans, l'ancien compagnon de Laetitia Casta (avec qui il a eu deux enfants, Orlando, 14 ans et Athéna, 11 ans, est passé du côté de ceux qui peuvent faire profiter de leur expérience. 

Comme Valerio, le professeur qu'il incarne dans Le Défi du champion, le film de Leonardo d'Agostini, qui sort dans les salles ce mercredi 5 août. Un homme déprimé et fauché qui se retrouve engagé pour remettre à niveau un jeune footballeur, star de l'AS Roma. Indiscipliné et très riche, ce dernier est contraint par le président de son club de passer son bac s'il veut continuer à jouer. Un film touchant qui va plus loin qu'une peinture satirique du milieu du football et ses excès, pour livrer une réflexion intéressante sur l'éducation. 

Lire aussi

De quoi parle "Le Champion" ?

Le film parle de deux solitudes qui se rencontrent. Christian et Valerio sont deux personnes très différentes. Le premier est une jeune star du foot et le second un professeur qui a arrêté de faire ce métier depuis quelques temps et qui a vécu un drame très important dans sa vie. Très méfiants l'un de l'autre au départ, ils n'attendent rien de leur rapport. Mais petit à petit, ils vont s'ouvrir : Valerio va reprendre plaisir à la vie et Christian va pouvoir enfin exprimer tout son potentiel. 

Que vous a apporté ce rôle, d'un point de vue personnel ?

L'idée qu'on bon professeur est celui qui fait un pas vers ses élèves. C'est une attitude qui me plaît, le fait de se mettre en discussion. C'est une intelligence humble car dans la vie, rien n'est jamais vraiment acquis.

Le film nous plonge aussi dans le milieu du foot. C'est votre truc?

Non pas vraiment ! Quand mes copains parlaient de foot, moi je parlais de cinéma. Quand ils regardaient les matchs, moi j'enregistrais des films et je n'avais qu'une hâte c'était de rentrer de l'école pour les regarder. Pendant longtemps, je me suis demandé ce qui n'allait pas chez moi ! Mais au final je me suis rendu compte que ma passion c'était le cinéma. Après j'aime aller au stade de temps en temps, mais je n'ai pas d'équipe de cœur.

Le pire clichés sur les Italiens? Qu'on est tous des séducteurs- Stefano Accorsi

 Qu'on soit footballeur ou acteur, comprenez-vous que le succès puisse monter à la tête ? 

Oui je le comprends, même si je n'ai pas vécu énormément d'excès dans ma jeunesse. Moi quand j'ai commencé, j'ai eu la chance d'avoir tout de suite des premiers rôles. A 27 ou 28 ans j'ai fait quelques films qui ont eu du succès, et du coup je pensais tout savoir du métier. Après on prend quelques coups et on apprend (Rires). Mais c'est vrai que le succès ça touche tout le monde, même les gens les plus humbles. C'est quelque chose d'énorme qui arrive dans notre vie et on ne peut pas faire semblant que tout est comme avant.

Pour vous, c'est quoi le pire cliché sur les comédiens?

Qu'on ne fait rien, qu'on est des privilégiés. D'un côté c'est vrai pour ceux qui arrivent de vivre du métier dont ils rêvent. Après ce n'est pas un métier facile car un jour tout le monde nous veut et le lendemain, on n'est plus personne. Il ne suffit pas de vouloir être un bon comédien et de travailler dur pour y arriver. Parfois il y a un jeune garçon qui arrive et qui fait un carton, comme Andrea Carpenzano, qui joue le rôle de Christian et qui n'avait jamais étudié la comédie avant. Il a juste passé des essais et il a eu le rôle. 

Et le pire clichés sur les Italiens?

Qu'on est tous des séducteurs. Après, comme j'ai habité 9 ans en France, j'ai compris que c'était juste une question de codes. On a juste une manière de faire différente, on est plus dans la familiarité. 

Avec l'âge, on peut devenir meilleur ou pire. Il n'y a pas de règle. Mais en général on s'améliore. - Stefano Accorsi

On vous a connu dans des films romantiques. Aujourd'hui, vous incarnez un professeur. Pensez-vous qu'on se bonifie avec l'âge ?

Avec l'âge, on peut devenir meilleur ou pire, il n'y a pas de règle (Rires). Mais en général on s'améliore. 

A l'école, vous étiez plutôt cancre ou bon élève ?

Jusqu'à 13-14 ans, j'étais plutôt un bon élève. C'est après que c'est devenu l'enfer. Heureusement que je me suis rappelé que je voulais être comédien depuis tout petit car ça m'a sauvé. 

Vous allez être papa pour la quatrième fois. Que souhaitez-vous laisser à vos enfants ?

J'aimerais leur apprendre à laisser exprimer leurs désirs. Et leur donner des clés pour apprendre à  vivre dans le monde réel. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent