Taylor Swift a fait trembler l'Olympia et on en redemande

Sorties

ON Y ÉTAIT - La pop sucrée de Taylor Swift a pris possession de la plus mythique des salles parisiennes, lundi 9 septembre, pour un mini-concert intimiste mais plein d'énergie. LCI a vécu l'expérience avec la complicité de Deezer au milieu de Swifties en délire.

La France est sa priorité. Taylor Swift le répète depuis le début de sa nouvelle offensive sur l'Hexagone, lancée au printemps par un passage sur le plateau de "The Voice" sur TF1 et quelques mots de français prononcés dans le clip de "ME!". Rien d'étonnant alors à ce que la chanteuse américaine, qui fêtera ses 30 ans à la fin de l'année, ait choisi Paris pour un show pas comme les autres dans la plus mythique des salles de la capitale. 

"Je voulais faire quelque chose de différent et faire la fête avec vous", a-t-elle lancé sur la scène de l'Olympia en ouverture de son bien nommé "City of Lover Concert",  qu'elle a décrit comme "une soirée de lancement" de son excellent album "Lover", disponible depuis le 23 août. Mais c'est un spectacle à part entière qu'elle a livré pendant un peu plus d'une heure face à un public surchauffé et déjà conquis. N'oubliant pas d'équiper ses fans des bracelets lumineux qui accompagnent ses tournées depuis des années.

Annoncée pour 20h30, Taylor Swift s'est présentée avec la demi-heure de retard réglementaire. Mais pas de quoi décourager les 2000 happy fews - dont Bilal Hassani, Louane ou encore Capucine Anav et Alain-Fabien Delon - invités à participer à ce concert privé, le premier concert tout court de la popstar en France depuis 2011. Entourée de choristes et de musiciens, elle a démarré les festivités par l'entêtant "ME!", son titre le plus écouté sur Deezer depuis janvier, dont le refrain à onomatopées a usé les cordes vocales de notre voisine de derrière. Le temps de lâcher un "Bonsoir Paris, enchantée" en français dans le texte et la voilà repartie.

Une demande en mariage en plein concert

Tour à tour mutine et émouvante, Taylor Swift a enchaîné 14 de ses plus grands tubes, allant piocher dans ses albums "1989" ("Blank Space", "Style"), "Red" ("I Knew You Were Trouble", "Red", "All Too Well") ou encore "Fearless" ("Love Story"). Et prouvé une énième fois qu'elle n'avait pas besoin d'artifices pour briller. Un simple instrument suffit. Guitare en main puis piano au bout des doigts, elle a offert à l'Olympia une longue séquence acoustique avec ses premières interprétations live des titres "Death by a Thousands Cuts", "Cornelia Street" et "The Man", morceaux parmi les plus aboutis de "Lover". Cet album sera-t-il le déclic pour un public français qui lui résiste encore ? Peut-être. Au lendemain de sa sortie, les écoutes des chansons de la popstar ont bondi de 161% sur Deezer. Une semaine après, "Lover" se classait cinquième du top album du Snep.

Voir aussi

Ce "City of Lover Concert", conclu par son entraînant "Shake It Off", donne évidemment envie de la voir revenir en France avec des shows ultra calibrés comme l'étaient son "1989 World Tour" et son "Reputation Stadium Tour". Cette soirée parisienne, parenthèse intimiste mais pleine d'énergie, restera doublement en mémoire des spectateurs qui ont assisté à une émouvante demande en mariage d'un jeune homme à son petit ami dans la fosse. Trop loin pour que la chanteuse s'en aperçoive mais suffisamment symbolique du message que clame haut et fort Taylor Swift dans son dernier album. Que l'amour est pour tous. Et synonyme d'égalité.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter