"Tout est possible", le bonheur est dans le pré

Sorties

DOCUMENTAIRE – Dans "Tout est possible", le réalisateur John Chester raconte comment il est parvenu avec son épouse Molly à développer une ferme éco responsable. Une belle leçon de vie. Et d'humilité.

C'est une histoire digne d'un film hollywoodien. En 2010, John et Molly, un couple d'américains décide de changer de vie et de quitter Los Angeles pour développer une ferme éco responsable. Un projet un peu dingue pour ce réalisateur de documentaires animaliers et sa femme dont l'expérience de la terre se résume à faire pousser des tomates sur son balcon. Alors le jour où ils reçoivent un avis d'expulsion à cause de leur chien qui passe ses journées à aboyer, ils se disent que c'est le moment ou jamais de réaliser le rêve de Molly : vivre dans une ferme qui ressemble à celle des livres pour enfants. Ils quittent alors leur minuscule appartement de Los Angeles et achètent un verger d’abricotiers Moorpark, toujours en Californie, baptisé Apricot Lane Farms. Une terre aride à laquelle ils vont tenter de redonner vie. C'est cette incroyable aventure que raconte "Tout est possible", le documentaire qui sort dans les salles ce mercredi 9 octobre.  

"On a tourné 365 jours par an sur près de huit ans. Pour moi, il y avait une tension permanente, entre les besoins de la ferme et ceux du film. Mais l’avantage, avec la nature comme avec la ferme, c’est qu’elles ont leur propre rythme", raconte John Chester qui a eu l'idée folle de documenter cette aventure. "Il suffit d’observer la routine de la nature, puis d’attendre que ça se passe. C’est le secret pour réussir un documentaire nature, mais curieusement, c’est aussi la méthode idéale pour ce type d’agriculture : observer et anticiper. L’un et l’autre exigent une extrême humilité".

Lire aussi

Filmé comme une fable écologique, le film dont la narration en version française est assurée par Cyril Dion (le co-réalisateur du documentaire "Demain", avec Mélanie Laurent) suit les victoires mais aussi les coups durs de John et Molly. "Ce n'est pas parce qu'on a la volonté qu'on est protégés", explique l'apprenti agriculteur qui ne fait pas l'impasse sur les difficultés qu'ils ont rencontrées. Des invasions de pucerons qui menacent les récoltes aux maladies des animaux, en passant par les caprices de la météo ou encore les baisses de moral, le quotidien à la ferme est éprouvant. Mais avec du bon sens et de la volonté, la vie reprend ses droits et la nature nous dévoile toute sa beauté. 

"J’espère que les spectateurs prendront conscience qu’une collaboration avec la nature offre des possibilités infinies. Des possibilités qui ont évolué jusqu’à la perfection au cours des milliards d’années d’évolution", poursuit John Chester. "Elles n’ont jamais cessé d’œuvrer pour nous. Peut-être avons-nous simplement été trop distraits pour les voir ? (...) J’espère que ça conduira le spectateur à penser que la nature a toutes les réponses pour nous". 

Lire et commenter