Traversées Tatihou : les pieds dans l’eau, la tête dans les nuages

Nos Festivals

Festival hors des sentiers battus, les Traversées Tatihou est une expérience unique. Il met en avant la musique traditionnelle et l’amour de la nature et de la mer.

Shorts et bottes en caoutchouc sont de rigueur pour ce rendez-vous manchois, sur la pointe du Cotentin, qui perdure depuis 1995. Les Traversées Tatihou est à faire au moins une fois. Parce que pour rejoindre le site du festival, il faut marcher pendant une petite demi-heure et traverser la baie de Saint-Vaast-la-Hougue pour rejoindre l’île de Tatihou et donc surveiller les horaires de la marée. Les va-et-vient de la mer dictent les horaires des traversées. C’est ce qui fait la beauté et la particularité de ce festival.

Cette année, les Traversées Tatihou auront lieu du 23 août au 1er septembre et comme toujours, les musiques du monde et musiques traditionnelles sont à l’honneur, sur fond de saveur iodée. Ainsi, sur l’île, les festivaliers pourront profiter des concerts de l’Ecossaise Julie Fowlis   le 29 août, des Algériennes Diwan et Lemma, le 31 août et de l’Espagnole Rocio Marquez, le 1er septembre. 

Le légendaire Alan Stivell sera également présent. Il se produira le 30 août. Celui qui a popularisé la musique celtique moderne fête ses cinquante ans de carrière. Il n’était jamais passé par les Traversées Tatihou, voilà l’erreur réparée. Comme toujours, il sera accompagné de sa harpe et de ses musiciens pour un spectacle forcément magique et mystique dans un cadre incroyable. À noter également la présence de Cécile Corbel, Chango Spasiuk et Raùl Barboza.

Cette année, le festival s’agrandit puisque de nouveaux lieux s’ajoutent : le moulin Marie Ravenel à Réthoville accueillera Duo du bas, le 23 août. Didier Laloy et Jean-Philippe Collard-Neven joueront à l’église du Vicel, Laurent Cavalié se produira au château de Carneville et Paul Wamo sera sur les chantiers Bernard à St-Vaast. 

Les Traversées Tatihou est un festival familial et détendu, hors des sentiers battus. Il se veut également un espace de rencontre et de partage. Aussi, les passagers peuvent profiter d’un espace détente près du chapiteau à quai pour une pause gourmande et musicale. Un espace qui est pensé comme un véritable village aux couleurs du monde. Et qui dit mer, marée et baie dit forcément huîtres à gogo. Ça tombe bien, il y a un bar à huîtres tenu par un ostréiculteur. Que demander de plus ?