VIDÉO - "Au Conservatoire, j’étais toujours à deux doigts de me faire virer !": Sofiane Pamart, le pianiste adoré des rappeurs, raconte sa "drôle de vie"

VIDÉO - "Au Conservatoire, j’étais toujours à deux doigts de me faire virer !": Sofiane Pamart, le pianiste adoré des rappeurs, raconte sa "drôle de vie"
Sorties

INTERVIEW - Virtuose du piano, Sofiane Pamart, 28 ans, a accompagné les plus grands noms du rap français. Il vient de publier son premier album solo, "Planet" et prépare le lancement d’une application révolutionnaire pour enseigner son instrument fétiche.

"Tout petit, vers 3 ou 4 ans, je commençais à retrouver des mélodies d’oreille au piano", se rappelle Sofiane Pamart. Le prodige a 6 ans lorsqu’il pousse les portes du Conservatoire de Lille… et 23 ans lorsqu’il en sort avec une médaille d’or. Des rêves plein la tête. Et une envie de se distinguer qu’il résume par ce leitmotiv : "Devenir le pianiste du rap français", assène-t-il avec le mélange de malice et de détermination qui le caractérise.

Sofiane Pamart a grandi à Hellemmes, "dans le même quartier que Raphaël Varane ", précise-t-il. Sa mère est professeure de lettres, son père directeur d’un centre de langue française pour les étrangers. "Ils ont toujours cru en moi. Mais je suis fier d’être enfant de non-musicien", insiste-t-il. "Parce que plus tu avances dans un art comme le piano, plus c’est rare. En général la sélection se fait un peu là-dessus."

Aujourd’hui je ne peux plus faire sortir les rappeurs de ma vie."- Sofiane Pamart

Au Conservatoire, Sofiane cultive sa différence, quitte à franchir la ligne jaune. "Ma spécificité, c’était d’être toujours à deux 

doigts de me faire virer !", raconte-t-il. "Il fallait jouer Bach, il fallait jouer Chopin d’une certaine manière et moi j’aimais bien les jouer d’une autre. En fait j’avais besoin d’adrénaline. Quand il y avait une compète, une audition, une épreuve, là j’étais présent. Sinon le reste du temps, j’avais ma vie d’ado normale."

Le hip-hop y fait irruption lorsqu’il est encore au collège. Mais c’est vers l’âge de 17 ans qu’il monte son premier groupe afin de fusionner les styles. "J’ai commencé à accompagner un rappeur, deux rappeurs, trois rappeurs", se souvient le jeune musicien. "J’ai rencontré des gens avec qui je me suis grave bien entendu. J’ai senti que j’avais un truc à apporter. Et eux ils m’apportaient énormément aussi. On ne s’est jamais lâché. Aujourd’hui je ne peux plus faire sortir les rappeurs de ma vie."

Lire aussi

De Nekfeu à Medine en passant par Sadek, Kerry James et le Belge Scylla, avec lequel il enregistre l’album "Pleine Lune", en 2018, Sofiane Pamart enchaîne les collaborations tout en multipliant les concerts solo à travers le monde. Ils ont nourri "Planète", un disque instrumental dont chaque piste porte le nom d’une destination de rêve. La Havane, Le Caire, Bora Bora, Medellin… La prochaine ? "J’aimerai bien être le premier artiste à jouer sur la Lune", lance-t-il le plus sérieusement du monde. "Mais il faut vraiment que je perce pour pouvoir arriver là-bas. Et il y en a d’autres qui sont sur le coup !".

Entre deux voyages, Sofiane planche sur un autre projet tout aussi passionnant. Après avoir obtenu un MBA en management des industries musicales en 2017,  il a créé sa propre start-up afin de transmettre sa passion du piano. "Le concept, c’est d’apprendre à jouer du piano sans avoir à lire les notes", raconte-t-il, enthousiaste. "Juste avec des voyants lumineux qu’il faut suivre. Ça s’appelle Youpiano, c’est dans les starting-blocks et c’est révolutionnaire. Ça va devenir la première manière d’apprentissage du piano dans le monde !".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent