Avant le film et la BD, la drôle d’histoire des "Blagues de Toto"

Avant le film et la BD, la drôle d’histoire des "Blagues de Toto"
Sorties

HUMOUR - Une idée pour occuper les enfants, en profitant de la fraîcheur des salles de cinéma : ils y retrouveront leurs blagues de cours d'école, et peut-être de nouvelles, dans le film "Les blagues de toto", sorti mercredi 5 août, mettant pour la première fois sur grand écran des farces qui ont traversé les générations.

Pour Gavril Dartevelle, l’acteur tenant le rôle principal du film Les Blagues de Toto, en salles depuis le mercredi 5 août, sèche un peu quand on lui pose la question. "Je crois que c’est vieux quand même ! 1950, je pense, quelque chose comme ça", répond-il à TF1, lui demandant à quand remontent ces fameuses blagues, à l’origine de la BD à succès qui a inspiré ce long métrage. Les autres acteurs pensent, eux, qu’elles ont 20 ou 30 ans d’âge. Tout ce petit monde est loin du compte.

A la seconde moitié du XIXe siècle

S’il reste impossible de dater exactement ces gags, qui se sont transmis de génération en génération, à travers tous les bouleversements historiques, sans qu’aucune virgule ne soit changée, il est cependant possible de situer, dans le temps et l’espace, la toute première représentation artistique de ces blagues, alors déjà forcément ancrées dans la culture populaire. Il s’agit d’une pièce de théâtre de Jean Vaucheret, intitulée Les Farces de Toto Carabi, jouée à Paris... en 1869.

Lire aussi

Ont suivi plusieurs apparitions du personnage, toujours sur les planches de théâtre : dans Les Farces de Toto : folie-vaudeville en un acte d’Emile Durafour en 1892, dans On purge bébé de Georges Feydeau en 1910, ou encore dans Toto chez le coiffeur : pièce comique en un acte de Jules Combe et Armand Foucher en 1931. 

"Gaffeur, insolent et obstiné"

Un peu plus tard, c’est la bande dessinée qui s’emparera la première du phénomène dans les rayons des librairies, à travers Les Aventures de Toto, par Rob-Vel, parues dans... Le journal de Toto, de son premier numéro, daté de mars 1937, jusqu’au 171e et dernier, daté de juin 1940, donnant notamment naissance à la fameuse "tête à Toto" en résultat d'une addition. Une série à l’origine de la BD de Thierry Coppée, commencée en 2004, et figurant parmi les plus grosses ventes de livres en France en 2020.

Toute l'info sur

Le 13h

Paradoxalement, il aura fallu attendre le XXIe siècle pour voir émerger des recueils de ces blagues, avec une très grosse concentration de sorties entre 2002 et 2010. Signe que leur transmission sera très longtemps restée exclusivement orale, comme s’il avait fallu respecter une tradition... Rien, en revanche, n’aura filtré concernant les origines de ce Toto. Au départ, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le sobriquet servait simplement à désigner un enfant. Et c’est Georges Feydeau qui, le premier, lui donna des traits de caractère précis : "Gaffeur, insolent et obstiné." Sa pièce de 1910 nous apprend aussi, au passage, que le surnom Toto "est un diminutif d’Hervé"... Mais ce n'était peut-être qu’une blague.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent