VIDEO - "The Hunt", "En Avant", "De Gaulle"… Il y a quoi à voir au cinéma ce lundi ?

VIDEO - "The Hunt", "En Avant", "De Gaulle"… Il y a quoi à voir au cinéma ce lundi ?
Sorties

AGENDA - Les salles de cinéma rouvrent leurs portes ce lundi 22 juin. Les majors ayant choisi d’attendre juillet pour dévoiler les blockbusters de l’été, les salles mettront l’accent sur les reprises et les films indépendants, dont certains devaient sortir durant le confinement.

On peut (enfin) retourner au cinéma. Alors que la profession militait pour une réouverture des salles début juillet, le Premier ministre Edouard Philippe l'avait prise de court en annonçant la date du lundi 22 juin. Depuis, le programme s'est bien rempli, avec la ressortie de nombreux films déjà à l'affiche au moment du confinement. C'est le cas du dernier Pixar "En avant", de Dan Scanlon, "De Gaulle" de Gabriel Le Bomin, de "Invisible Man" de Leigh Whannell, de "Une sirène à Paris" de Mathias Malzieu ou encore de "La Belle Epouse" de Martin Provost. 

D'autres films, qui devaient sortir durant le confinement, sortent enfin comme "L’Ombre de Staline" d’Agnieska Holland, la comédie "Filles de joie" de Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich, le drame allemand "Benni" de Nora Fingscheidt ou encore le thriller horrifique américain "The Hunt" de Craig Zobel.

En vidéo

"Une sirène à Paris" : l'interview de Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima

The Jokers, l’heureux distributeur de "Parasite", a lui aussi choisi le 22 juin pour sortir le film d’animation sud-coréen "Nous les chiens", qui devait débarquer à l’origine sur les écrans le 8 avril. Dans un registre radicalement différent, la jeune société Alba Films propose elle "The Demon Inside", un film d’horreur qui était au départ programmé le 25 mars. Ou l'histoire d'un père qui fait appel à un exorciste lorsqu'il pense que son jeune fils est possédé...

"Notre stratégie était de sortir très, très vite", explique à LCI son directeur général Nicolas Rihet. "D’abord parce que nous avons vécu trois mois sans activité qui nous ont fortement pénalisés. Ensuite parce que film s’adresse à la cible des 15-25 ans, un public qui aura sans doute très envie de retourner au cinéma. Mais aussi parce qu’en tant qu’indépendants, nous avons un coup à jouer, les majors ayant repoussé la sortie des gros films à juillet."

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

A défaut de découvrir "Tenet", le nouveau film très attendu de Christopher Nolan ou encore "Mulan", l’adaptation live du célèbre Disney, qui n’arriveront en salles que fin juillet, les cinéphiles pourront aussi revoir des classiques comme "Elephant Man" de David Lynch et "Les lèvres rouges" de Harry Kümel, avec Delphine Seyrig, qui ressortent le 22 juin. Tout comme le documentaire "Kongo", tourné dans les quartiers pauvres de Brazzaville, ou encore "Cancion Sin Nombre", un film sur les trafics d’enfants au Pérou dans les années 1980, présenté l’an dernier à Cannes.

Si certains distributeurs se sont tournés vers la VOD pour limiter les pertes, à l’image d’UGC et Le Pacte, qui ont revendu respectivement "Pinocchio" avec Robert Benigni et "Forte" avec Melha Bedia à la plateforme Amazon, cette solution reste à ce jour marginale. Et la réouverture des salles va se révéler cruciale pour l’ensemble du secteur. "D’autant que s’il y a eu beaucoup d’annonces de la part du gouvernement, les aides se font attendre pour la plupart d'entre nous", déplore Nicolas Rihet.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent