VIDÉO - L’amour, l’alcool, ses souffrances… Lady Gaga se confie avant la sortie de "Chromatica"

VIDÉO - L’amour, l’alcool, ses souffrances… Lady Gaga se confie avant la sortie de "Chromatica"
Sorties

COME-BACK - Lady Gaga publie ce vendredi "Chromatica", un nouvel album sur lequel elle soigne ses démons en renouant avec les sonorités électro-pop de ses débuts. Une manière aussi de célébrer sa nouvelle histoire d’amour avec un PDG de la Silicon Valley.

On gardait le souvenir d’une Lady Gaga blonde platine, bouleversée de recevoir l’Oscar de la chanson originale pour "Shallow", le tube désormais mythique du film A Star is Born, un soir de février 2019. Sa performance sur la scène du Dolby Theater de Los Angeles avec Bradley Cooper, son réalisateur et partenaire à l’écran, n’avait fait que renforcer l’idée que Stefanie Germanotta était encore plus convaincante – et bouleversante – lorsqu’elle laissait tomber les artifices qui polluent un peu trop souvent ses albums.

On pouvait donc se montrer un brin circonspect en découvrant fin février le clip de "Stupid Love", le premier extrait de Chromatica, un nouvel album à paraître ce vendredi, après un report de sept semaines en raison de la pandémie de coronavirus. Tenues guerrières rose fluo, quelque part entre Mad Max et Priscilla, folle du désert, rythmes électro et gros refrain à la Madonna… C’est presque à un retour en arrière de dix ans, celui de l’album The Fame et du tube "Poker Face", auquel Stefanie Germanotta semblait inviter ses fans, sans présager du reste d’un nouvel opus enregistré sur près d’un an entre Los Angeles et New York.

Lire aussi

La différence, c’est qu’entre les deux Lady Gaga, 34 ans, a vécu. D’immenses joies que tout le monde connaît et des peines qu’elle a dévoilées au fil des années, comme la maladie chronique qui la fait souffrir au quotidien, mais aussi le viol dont elle a été victime à l’âge de 19 ans et qui la hante encore aujourd’hui. Des malheurs qui rendraient presque anecdotiques ses déboires sentimentaux à répétition. Et si la musique était, pour la chanteuse comme son public, la meilleure des thérapies ?

"Je refais un disque de dance music et ce dancefloor est à moi car je l’ai mérité", préviens Lady Gaga dans la longue interview vérité qu’elle a accordé à l’animateur britannique Zane Lowe le week-end dernier pour Apple Music. "Après toutes les choses difficiles que j’ai traversées, je ne suis plus obligée de ressentir de la douleur", ajoute-t-elle avant d’évoquer les addictions qui la taquinent encore.

Elle a arrêté de fumer... mais pas de boire

Si elle a arrêté de fumer durant l’enregistrement de Chromatica, Lady Gaga n’a pas renoncé à boire et l’admet sans honte. "J’ai flirté avec l’idée de devenir sobre", explique-t-elle. "Je n’y suis pas encore parvenue. Mais une partie du processus consiste à me dire que je peux me mettre en colère contre moi-même tous les jours parce que je continue à boire. Ou bien être heureuse d’être toujours en vie et de continuer à avancer."

Pour atteindre ses objectifs, la chanteuse peut également s’appuyer sur une vie sentimentale qui semble afin apaisée. Après avoir rompu ses fiançailles avec l’agent Christian Carino, au lendemain des Oscars, elle fréquente depuis quelques mois Michael Polansky, un PDG de la Silicon Valley avec lequel elle planche sur une application destinée à aider les patients atteints de troubles mentaux. "C’est l’homme de ma vie", a-t-elle glissé il y a peu sur NBC.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent